•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retour des restrictions face à la flambée de COVID-19 aux États-Unis

Même les gouverneurs républicains habituellement hostiles aux restrictions optent pour le port du masque.

Des piétons portant un masque à New York.

Des piétons portant un masque à New York, où le gouverneur Andrew Cuomo a indiqué qu'il fermerait les écoles si le taux de contamination moyen dépassait 3 % sur sept jours.

Photo : Getty Images / Spencer Platt

Agence France-Presse
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

De New York à Seattle, États et métropoles ont réintroduit des restrictions ces derniers jours pour tenter d'enrayer l'embrasement du coronavirus aux États-Unis. Le nombre de cas recensés dans le pays dépasse désormais les 11 millions, avec plus de 247 000 morts depuis le début de la pandémie.

À l'approche de l'Action de grâces américaine, le 26 novembre, habituellement l'occasion de grandes réunions familiales, une série de mesures ont été annoncées, très variables selon les États, sans aller jusqu'au confinement, sauf au Nouveau-Mexique.

Différence notoire par rapport au printemps : une majorité d'États – 31 sur 50, dont des États aux gouverneurs républicains généralement plus hostiles aux restrictions que les démocrates – imposent désormais le port du masque. Y compris le très rural Dakota du Nord, où le républicain Doug Burgum a imposé la mesure samedi après s'y être longtemps refusé.

COVID-19             : ce qu'il faut savoir

Une série de mesures restrictives

Au Nouveau-Mexique, la gouverneure démocrate Michelle Grisham a instauré à compter de ce lundi un ordre de confinement pour deux semaines. Les habitants sont appelés à rester chez eux, sauf pour les déplacements essentiels, et seuls les commerces jugés essentiels restent ouverts.

L'Illinois n'a pas imposé de confinement, mais sa principale métropole – Chicago, troisième ville des États-Unis – l'a fait. Ses habitants sont appelés à rester chez eux à partir de ce lundi pour une période de 30 jours, sauf pour les déplacements essentiels.

La gouverneure démocrate Gretchen Whitmer a annoncé dimanche la fermeture des lycées et des universités pour trois semaines, imposant un enseignement en ligne à tous, sauf aux plus jeunes.

Cinémas et salles de restaurants sont fermés, les cours collectifs de gym prohibés, et ceux qui le peuvent doivent travailler à distance. Mais commerces, coiffeurs et autres services à la personne restent ouverts.

Dans l’État de Washington, qui fut le premier aux États-Unis à déplorer des cas de coronavirus en début d'année, le gouverneur démocrate Jay Inslee a annoncé une série de restrictions à compter de ce mardi et jusqu'au 14 décembre.

Les habitants ne pourront notamment plus recevoir chez eux si les visiteurs ne se sont pas mis en isolement au moins sept jours avant et n'ont pas été déclarés négatifs dans les 48 heures précédant la visite.

En revanche, écoles et universités sont exemptes de nouvelles restrictions.

Des gens manifestent avec des affiches.

Des commerçants et des entrepreneurs protestent contre les restrictions à San Diego, en Californie.

Photo : Getty Images / Sandy Huffaker

En Californie, après un doublement en 10 jours du nombre de cas positifs recensés quotidiennement – pour un taux de positivité désormais de 4,6 % –, le gouverneur démocrate Gavin Newsom a annoncé lundi que 41 de ses 58 comtés – au lieu de 12 jusque-là – étaient désormais classés en zone de restrictions maximales : la plupart des activités commerciales intérieures y sont fermées.

Les écoles ne peuvent ouvrir qu'à 25 % de leur capacité et ne reçoivent que les étudiants jugés prioritaires.

Même si les masques sont désormais obligatoires, la plupart des commerces restent ouverts au Texas, deuxième État le plus peuplé après la Californie, alors qu'il a enregistré plus de 10 000 nouveaux cas par jour en moyenne la semaine dernière. La situation est particulièrement préoccupante à El Paso, où des morgues mobiles doivent être déployées.

Des employés en sarrau transfèrent un corps d'une civière à l'arrière d'un autobus.

Le corps d'une personne décédée de la COVID-19 est transféré dans une morgue mobile, le 16 novembre, à El Paso, au Texas.

Photo : Reuters / Ivan Pierre Aguirre

À New York, restaurants et bars fermés à 22 h

Dans le nord-est du pays, longtemps épargné par la résurgence de l'épidémie, les restrictions sont aussi de retour, mais restent limitées par rapport au pic du printemps. Notamment dans le New Jersey, qui ce week-end a atteint des records de nouvelles contaminations, avec plus de 4500 nouveaux cas recensés dimanche.

Le gouverneur Phil Murphy a annoncé lundi une limite de 10 personnes dans les rassemblements intérieurs, et des limites à 25 % de capacité dans les lieux accueillant des mariages et des services religieux. Mais les rassemblements extérieurs peuvent encore regrouper 150 personnes.

Des citoyens font la file devant une clinique à New York pour un test de COVID-19.

Des citoyens font la file devant une clinique à New York pour un test de COVID-19.

Photo : Getty Images / Spencer Platt

Dans l'État de New York, où le taux de cas positifs se limite pour l'instant à 2,8 %, le gouverneur Andrew Cuomo a imposé depuis vendredi un couvre-feu aux bars et aux restaurants, qui doivent fermer à 22 h.

Dans la ville de New York même, les écoles publiques restent ouvertes, mais pourraient fermer d'un jour à l'autre. Le maire a répété lundi que, conformément à des engagements pris auprès des syndicats d'enseignants, il les refermerait si le taux moyen de cas positifs sur sept jours dépassait 3 %.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !