•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Climat de travail toxique : « zéro tolérance » pour le harcèlement, dit le ministre Miller

Des gestionnaires fédéraux sont invités à se confier à des enquêteurs indépendants.

Marc Miller, député montréalais et ministre des Services aux Autochtones.

Marc Miller, député montréalais et ministre des Services aux Autochtones.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Geneviève Normand

Les allégations de climat toxique, de harcèlement et d’intimidation au sein de la Direction générale de la santé des Premières Nations et des Inuits (DGSPNI) en Atlantique ont fait réagir le ministre des Services aux Autochtones, lundi.

De toute évidence, nous prenons au sérieux les faits allégués, a affirmé Marc Miller, à Ottawa, en réponse aux allégations soulevées par de multiples sources dans une enquête de Radio-Canada.

Le ministre dit s’être entretenu avec la sous-ministre des Services aux Autochtones pour s’assurer qu’un suivi sera fait à l’interne pour savoir les réponses exactes.

Des témoignages recueillis par Radio-Canada dressent un portrait malsain au sein de la DGSPNI. Le climat de travail serait toxique dans cette équipe depuis de nombreuses années.

Une évaluation du milieu de travail sous le leadership de la directrice régionale Debra Keays-White est en cours en Atlantique.

Le suivi à cette évaluation incombe à la sous-ministre Christiane Fox, a affirmé le ministre Miller, précisant par ailleurs qu’une politique de tolérance zéro est en place au sein de son ministère envers des comportements comme ceux allégués par nos sources.

Les Canadiens doivent savoir que nous prenons ces choses très au sérieux.

Marc Miller, ministre des Services aux Autochtones

Message identique à l’interne

Les cadres supérieurs du ministère fédéral ont fait circuler un message similaire au personnel de la DGSPNI en fin d’après-midi.

L'équipe de gestion de SAC ne tolère pas le harcèlement et la discrimination en milieu de travail, peut-on lire dans un courriel interne, bilingue, que Radio-Canada a obtenu et dans lequel le sous-ministre adjoint principal et la sous-ministre adjointe des opérations régionales partagent les coordonnées des différentes ressources d’aide pour le personnel qui en aurait besoin.

De nombreux gestionnaires fédéraux ont été invités à se confier individuellement à des enquêteurs indépendants ces deux dernières semaines pour faire la lumière sur le climat de travail qui y règne.

Dans leur note interne, Keith Conn et Marie Doyle affirment que cette évaluation est sur le point de se terminer. Nous assurerons un suivi avec vous et vous tiendrons au courant de l'examen et des prochaines étapes, peut-on y lire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !