•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'hospitalisation à domicile pour désengorger les hôpitaux

Une infirmière aide un homme couché dans un lit.

La qualité des soins devra être la même qu'à l'hôpital.

Photo : getty images/istockphoto / LPETTET

Afin de soulager son système de santé face à la pandémie, la Colombie-Britannique alloue 42,3 millions de dollars à Hospital at Home, un projet pilote d'hospitalisation à domicile destiné à certaines catégories de malades.

Les personnes qui ont des maladies cardiorespiratoires ou des maladies graves nécessitant de passer plusieurs nuits à l'hôpital pourront bientôt choisir d'être soignées dans leur maison, selon le ministère de la Santé.

Des médecins et des infirmiers hospitaliers veilleront sur elles jour et nuit grâce à des appareils connectés et à des visites fréquentes. Pour en bénéficier, les personnes devront résider à moins de 16 minutes en voiture d'un hôpital participant au programme.

Selon Elisabeth Crisci, médecin à l'Hôpital général de Victoria et une des deux chefs du projet, c'est une première au Canada.

On apporte les technologies, les services et l'expertise de l'hôpital, mais chez les gens.

Elisabeth Crisci, cochef du projet Hospital at Home

Ainsi, les patients sont considérés comme administrativement à l'hôpital, même s'ils sont dans leur chambre à coucher.

Les deux médecins posent dans une chambre d'hôpital.

Elisabeth Crisci et Shauna Tierney, médecins à Victoria, sont conjointement les chefs du projet d'hospitalisation à la maison en Colombie-Britannique.

Photo : Elisabeth Crisci

Les gens se remettent plus rapidement de leur maladie à domicile parce qu'ils sont dans un environnement familier, croit Elisabeth Crisci, qui s'appuie sur des études menées au Royaume-Uni et en Australie.

Pour l'instant, Hospital at Home est un projet pilote mené à Victoria et à Prince George. Il s'adresse à quelques dizaines de patients seulement, mais la médecin espère qu'à terme 5 à 10 % des patients de la province pourront en bénéficier.

Dans la région de Victoria, par exemple, il s'agirait d'environ 30 à 50 patients, note Elisabeth Crisci. Cela représente quand même un bon groupe, et ça libère des lits dans les hôpitaux qui en ont désespérément besoin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !