•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une femme autochtone accusée en lien avec un incident près d'un vivier à homard en N.-É.

Un écusson de manteau de policier avec le logo de la Gendarmerie royale du Canada.

La GRC mène une enquête.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

En Nouvelle-Écosse, la GRC de Meteghan a déposé des accusations contre une quatrième personne en lien avec les incidents survenus sur le terrain d’un vivier à homard de New Edinburgh au mois d’octobre. Il s’agit cette fois d’une jeune femme autochtone.

Kristen Sack, 22 ans, est de la communauté autochtone de Sipekne'katik, qui a lancé sa pêche de subsistance autogérée à la baie Sainte-Marie.

La jeune femme était sur place avec sa mère, lors de la deuxième journée d’affrontements entre Autochtones et non-Autochtones devant le vivier à homard de New Edinburgh le 14 octobre.

Kristen Sack est accusée de voies de fait contre un homme de 74 ans, Yvon Thibault. Ce dernier est pêcheur, mais est également un ancien agent des pêches au ministère des Pêches et des Océans.

Yvon Thibault a aussi été accusé de voies de fait contre Kristen Sack et sa mère.

Des deux côtés, on clame l’autodéfense. Cette affaire risque donc de se retrouver devant les tribunaux.

Kristen Sack et Yvon Thibault doivent comparaître à la cour provinciale de Digby le 15 février à 9 h 30.

Au même endroit, un homme a aussi été accusé de voies de fait contre Mike Sack, le chef de la communauté micmaque de Sipekne'katik. Un autre homme a aussi été accusé d’avoir incendié une camionnette.

Un total de quatre personnes ont été accusées depuis l’incident du mois d’octobre à New Edinburgh.

Une enquête de la GRC est en cours.

À ce jour, aucune accusation n’a toutefois été déposée en lien avec l’incendie de l’entrepôt à homards de Pubnico-Ouest-le-Centre.

Avec les informations d'Olivier Lefebvre

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !