•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Atteint du cancer du cerveau, ce jeune violoniste réalise un rêve

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Un jeune homme, avec un masque orange attaché au visage, tient un violon.

Léandre, 12 ans, est passionné du violon.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Léandre Gaucher est un jeune musicien de 12 ans. Même s’il lutte toujours contre un cancer du cerveau, il a pu, dernièrement, réaliser son plus grand rêve : celui de participer à une classe de maître avec son idole, le violoniste vedette Maxim Vengerov.

La nouvelle concernant le cancer du jeune homme a eu l’effet d’une bombe, en décembre 2018, lorsque la famille du jeune Léandre a appris la gravité du diagnostic.

Il avait mal à la tête, un petit peu la nausée. On ne pensait pas que c'était grand-chose, avoue son père, Denis Gaucher.

Un homme, avec les cheveux gris, assis devant les estrades d'une salle de concert.

Le père de Léandre, Denis Gaucher.

Photo : Radio-Canada

Mais il est allé passer un test IRM à l'hôpital, et c'est là qu'ils ont vu une tumeur de la taille d'une clémentine. C'était une surprise pour nous. Je suis tombé sans connaissance quand ils nous l'ont appris.

Même pendant ses traitements, Léandre a continué à jouer avec la même passion, lui qui manie l’archet du violon depuis l’âge de trois ans. Le jeune homme pratique sa musique deux heures par jour.

Je ne pense pas trop, quand je joue du violon. Je suis très concentré. Je joue et j'oublie toutes les autres choses, confie le garçon.

La chimio, c'était vraiment difficile, et le violon m'aidait à me distraire de ces choses. Même si j'avais une piqûre en même temps que je jouais, je ne le sentais pas.

Léandre Gaucher
Un jeune garçon, sans cheveux, joue du violon, assis sur un lit d'hôpital.

Léandre, lors d'un séjour à l'hôpital.

Photo : Gracieuseté Denis Gaucher

Réaliser un rêve grandiose

Pour plusieurs jeunes personnes atteintes du cancer, la la Fondation Make-A-Wish / Rêves d’enfants fait des pieds et des mains pour leur offrir la chance de réaliser leur plus grand souhait.

Si certains enfants demandent un voyage à l’étranger, une visite à Disney World ou encore de nouvelles consoles de jeux vidéo, Léandre Gaucher n’avait qu’une idée en tête : une leçon personnalisée de son idole, le violoniste Maxim Vengerov.

Un jeune garçon avec une chemise à carreaux répond aux questions d'un journaliste qui lui tend le micro.

Léandre Gaucher en entrevue avec Nabi-Alexandre Chartier.

Photo : Radio-Canada

C’est mon violoniste préféré, et j'ai ajouté, dans ma demande : "Si c'est possible, à Monaco, où il habite!, explique-t-il, en lâchant un rire.

Malgré la pandémie de COVID-19, la classe de maître a eu lieu, mais virtuellement. Selon le jeune homme, l'échange fut tout aussi passionnant.

J'aimais beaucoup comment il expliquait. Ce sont des choses que je savais déjà, mais il a expliqué avec une façon qui a fait que j'ai vraiment compris ce qu'il voulait dire. Et aussi d'une façon plus le fun.

Le violoniste Maxim Vengerov avoue lui aussi avoir éprouvé un grand plaisir à donner ce cours au jeune musicien de 12 ans.

Un homme tient un violon et joue.

Le violoniste vedette Maxim Vengerov, lors de sa classe de maître avec le jeune Léandre, 12 ans.

Photo : Site : Vengerov

Léandre est un garçon très musical et très amusant. J'ai admiré son énergie. C'est le plus important, l’énergie. Et être amoureux de la musique.

Maxim Vengerov

Selon l’accompagnatrice de Léandre, la pianiste Chloé Dumoulin, les progrès du garçon ont été remarqués immédiatement après cette classe de maître.

Il parlait beaucoup de détente du corps, des deux bras. Tout de suite, ça paraissait qu'il était moins tendu, c'était moins serré. Ça projetait plus, c'était rond et ça sonnait plus détendu, affirme-t-elle, fière.

À son sens, Maxim Vengerov est convaincu du pouvoir de guérison de la musique.

Je crois que si l’on parle de la musique en termes de vibration, il y a moyen que cette vibration aide à la guérison. Notamment parce que la musique est reliée à notre subconscient. Dans la Grèce antique, la musique était prescrite aux patients. À ce jour, nous ne connaissons toujours pas le potentiel de ce que la musique peut faire pour nous, à long terme, lance le musicien.

En attendant, Léandre va mieux et les médecins continuent de suivre l'évolution de la guérison avec attention. Tous et toutes souhaitent de tout cœur qu’il puisse continuer longtemps à répandre le bonheur, avec la musique.

Le jeune Léandre tient son violon et écoute les conseils de la violoniste Ann Chow. Elle lui montre, avec son archet, où positionner le sien sur son violon.

Léandre pratique son violon aux côtés d'Ann Chow, violoniste au sein de l'Orchestre symphonique de Montréal (OSM), et de Chloé Dumoulin, pianiste.

Photo : Radio-Canada

Léandre, ce n’est pas juste un petit garçon malade. Il peut quand même jouer de la musique, du violon, et bien jouer. On a été très chanceux que sa chirurgie et sa tumeur n’aient pas affecté ses capacités à jouer, conclut son père.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !