•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vidéojournal : pourquoi y a-t-il plus de pannes de courant depuis quelques jours?

Un travailleur d'Hydro One dans une nacelle examine un fil électrique.

Les réparateurs d'Hydro One sont à pied d'oeuvre (archives).

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Piel Côté
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

En Abitibi-Témiscamingue, plus de 83 600 clients ont été touchés par l’une des pannes survenues depuis la tempête du 1er novembre.

Dans la région, Hydro-Québec compte 81 604 clients. C’est donc dire qu’en moyenne, chaque client a vu son réseau être victime d’au moins une coupure de courant.

Par exemple, certains clients n’ont vécu aucune panne alors que d'autres ont pu en subir plus d'une au cours de la dernière quinzaine.

La société d’État a eu son lot de problèmes depuis cette soirée du 1er novembre où près de 55 000 clients ont été plongés dans le noir. Depuis cette panne, et en excluant les pannes de lundi, Hydro-Québec a dû gérer 139 pannes d’électricité sur l’ensemble de son réseau.

Cette série d'interruptions involontaires ne découle toutefois pas directement de la panne majeure du 1er novembre, soutient le conseiller en relation avec le milieu, Patrick Compartino. Cette panne n’a pas davantage fragilisé le réseau, avance-t-il, mais les séquelles arriveront tranquillement. Parfois, les arbres qui se sont fragilisés vont finir par tomber, avec les vents violents des jours qui suivent, explique-t-il.

Il explique que la météo des derniers jours est la grande responsable de ces nombreuses coupures de courant. Les vents violents des deux dernières semaines ont notamment joué un rôle majeur des différentes pannes qu’a connues la région.

Il affirme aussi que son employeur met en place des plans afin de contrôler la végétation. Dans la province, 67 millions de dollars ont été investis afin de protéger les lignes contre les éventuelles chutes d’arbres.

On tente d’être au-devant de ces pannes, avec des patrouilles, mais on demande aussi aux 81 000 clients d’être nos oreilles et nos yeux, ce n’est pas toujours évident pour nous de repérer des arbres fragilisés. Alors, les gens peuvent nous aider à prévenir les pannes, ajoute Patrick Compartino.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !