•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Peter Downing fonde un nouveau parti séparatiste, le Parti Alberta First

Peter Downing regarde au loin. Il pose devant l'Assemblée législative provinciale à Edmonton.

Peter Downing a fondé deux partis séparatistes albertains en un an.

Photo : Radio-Canada / Laurent Pirot

L’une des figures de proue du mouvement séparatiste albertain, Peter Downing, prépare en coulisses le lancement d’une nouvelle formation politique, le Parti Alberta First. Mécontent de la direction que prend le premier parti qu’il a fondé l’an dernier, il veut offrir une « vraie » option séparatiste aux Albertains sur la scène fédérale.

Sa première formation politique, le Parti Wexit, a changé de nom pour Parti Maverick, l’été dernier, sous la gouverne du chef intérimaire, Jay Hill, après la démission de Peter Downing.

Plusieurs des déclarations et des actions politiques passées de Peter Downing ont suscité la controverse. Cet ancien agent de la Gendarmerie royale du Canada a aussi été suspendu de son poste pendant deux ans après avoir proféré des menaces contre son ex-femme. M. Downing affirme que le juge qui l’a déclaré coupable a fait une erreur et il qu'il a quitté les rangs de la GRC avec un dossier vierge.

Il a par la suite été candidat pour le Parti de l’héritage chrétien aux élections de 2015 avant de s'impliquer dans le Parti conservateur fédéral.

Jay Hill debout à la Chambre des communes.

Jay Hill a été député fédéral pendant près de 20 ans, notamment au sein du Parti réformiste de Preston Manning.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Bien qu’il ait décrit Jay Hill comme la personne idéale pour prendre la tête de son parti l’été dernier, Peter Downing a changé d’idée.

Beaucoup de gens m’ont dit qu’ils étaient frustrés de la direction ‘’Parti réformiste 2.0’’ qu’il prend, croit Peter Downing, en faisant référence aux volontés de changements constitutionnels de Jay Hill.

Le mouvement Wexit, ce n’est pas pour réformer le Canada, c’est plutôt pour obtenir ce qui est le mieux pour l’Alberta. [Je fonde un autre parti séparatiste] à la demande populaire.

Une citation de :Peter Downing, figure de proue du mouvement séparatiste albertain

L’Alberta d’abord

Peter Downing a choisi le nom d'Alberta First pour refléter sa volonté de donner la priorité à sa province, qu’il décrit comme maltraitée par Ottawa. Nous avons fait de notre mieux pour avoir une entente culturelle et économique harmonieuse avec le reste du Canada, mais les gens au pouvoir ne veulent pas nous donner une entente équitable, alors [se séparer] est la prochaine étape, dit-il.

L’une des propositions de son parti sera que l’Alberta rejoigne les États-Unis, pour surmonter l’obstacle d’être enclavé au sein du reste du Canada.

Un groupe de personnes à un rassemblement.

Des centaines de personnes ont assisté à des rassemblements Wexit au cours de la dernière année.

Photo : Radio-Canada

Peter Downing affirme avoir recueilli presque la totalité des signatures nécessaires pour soumettre sa candidature à Élections Canada. Il a l’intention de présenter des candidats dans toutes les circonscriptions aux prochaines élections fédérales. On utilise l’influence qu’on a pour un référendum sur l’indépendance de l’Alberta. Nous voulons copier le Bloc québécois, affirme-t-il.

Il ne rejette pas l’idée d’être chef de la nouvelle formation. À ses yeux, céder la direction du Parti Maverick à Jay Hill, un politicien conservateur fédéral de longue date qui avait pris sa retraite, a été une erreur. Je ne la ferai pas deux fois, jure-t-il.

À l'échelle provinciale, le Parti Wexit a fusionné avec le Freedom Conservative Party de l’Alberta pour créer le Parti Wildrose pour l’indépendance, dirigé par Paul Hinman.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !