•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La difficile tâche de donner des soins dans une communauté isolée en pleine pandémie

Portrait de Joëlle Touchette dans l'infirmerie où elle travaille.

Après avoir exercé au Manitoba pendant 10 ans, à Sainte-Anne et à Saint-Boniface entre autres, Joëlle Touchette a décidé de relever un nouveau défi dans le nord-ouest ontarien

Photo : Fournie / Joëlle Touchette

Lorsque Joëlle Touchette a accepté de travailler en tant qu’infirmière dans la Première Nation de Northwest Angle 33B en mars dernier, elle ne s’attendait pas à ce que la pandémie dure aussi longtemps. Cette ancienne employés des hôpitaux de Sainte-Anne-des-Chênes et de Saint-Boniface a été plongée dans le quotidien difficile d’une communauté isolée.

Bloquée sur le territoire ontarien entre la frontière du Manitoba et celle des États-Unis, la Première Nation de Northwest Angle 33B est accessible seulement par bateau ou par la voie des airs. Néanmoins, entre octobre et décembre, la formation de la glace sur le lac empêche le passage des bateaux. En attendant une glace solide et la formation d’une route, la communauté d’environ 60 âmes est donc encore plus isolée durant cette période de l’année.

C’est très difficile en temps normal de vivre ici déjà, explique Joëlle Touchette, et là avec la pandémie, cela rajoute une difficulté supplémentaire

Joëlle Touchette, infirmière dans la Première Nation de Northwest Angle 33B

Il faut vraiment se préparer avant cette période , souligne la Franco-Manitobaine, en ajoutant que les personnes les plus vulnérables ont en général déménagé à Kenora, en Ontario, pour y recevoir des soins plus rapidement.

Le lac gelée avec un cerf tombé à travers la glace.

À cette période de l'année, la glace n'est pas assez solide pour soutenir le poids d'un homme ou d'un véhicule et empêche le passage des bâteaux. Ici, un cerf s'est retrouvé bloqué dans les eaux.

Photo : Fournie / Joëlle Touchette

D’autant plus que normalement, les habitants de cette réserve traversent très régulièrement la frontière américaine pour rejoindre le village Angle Inlet, situé à une dizaine de minutes en bateau, pour des achats du quotidien. La fermeture de la frontière vient donc compliquer ces trajets.

Aussi, Joëlle et son équipe déconseillent fortement aux habitants de la réserve de se rendre aux États-Unis. Récemment, une personne qui avait été exposée à une personne atteinte de la COVID-19 de l'autre côté de la frontière a été transportée en hélicoptère vers Kenora pour éviter tout risque de transmission. Finalement, le test de la maladie pour cette personne s’est avéré négatif.

Pour gérer ces situations, Joëlle Touchette établit des plans en coordination avec le personnel soignant des autres communautés isolées de la région et en fonction de l’évolution de la pandémie au pays. Mon rôle est d’identifier le personnel de la santé qui peut se déplacer depuis Kenora et les faire venir pour le dépistage, les soins du quotidien comme le diabète, etc.

Pour le moment et à son grand soulagement, aucun cas de COVID-19 n’a été recensé dans la communauté, mais l’anxiété est présente au sein des résidents.

Tout le monde a peur, les gens ne sortent pas de la réserve et écoutent les recommandations. Nous avons été chanceux à ce jour.

Joëlle Touchette, infirmière dans la Première Nation de Northwest Angle 33B

Joëlle Touchette ajoute aussi que des soins primaires ont été ajoutés ainsi que des téléconférences pour sensibiliser la population locale.

Photo de la clinique communautaire vue de l'extérieur.

Les soins de la communauté sont donnés dans cette petite clinique.

Photo : Fournie / Joëlle Touchette

La prudence est aussi de mise. Sur place et sur les réseaux sociaux, les gestes à respecter sont répétés par le personnel soignant. Des campagnes de vaccination contre la grippe et des tests de la COVID-19 sont mis en place.

Outre son rôle de soigner et d’organiser les soins, Joëlle Touchette essaie aussi d’apporter une touche sociale sur place. Des activités pour les enfants, notamment, sont organisées pour essayer de remonter le moral ainsi que des sessions en ligne de premiers secours pour les adultes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !