•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec investit 100 millions de dollars de plus pour les soins à domicile

Cet investissement supplémentaire porte à 380 millions de dollars par an les sommes destinées au soutien à domicile.

Une proche aidante tient la main d'une personne âgée.

La majeure partie de l'enveloppe servira à améliorer l'offre de services octroyés aux personnes requérant des soins chez elles, comme les personnes âgées.

Photo : iStock

Radio-Canada

Québec annonce un investissement récurrent de 100 millions de dollars pour financer l'offre de services de soutien à domicile.

Sur cette somme, 65 millions de dollars seront destinés aux CISSS et aux CIUSSS afin d'améliorer l'offre de services octroyés aux personnes requérant des soins chez elles : personnes âgées, mais aussi celles vivant à domicile avec une déficience (physique, intellectuelle), autisme, ou encore nécessitant des soins palliatifs chez elles.

Aussi, 25 millions de dollars seront consacrés aux entreprises d'économie sociale et à la revalorisation salariale des travailleurs dans le domaine du soutien à domicile. Québec a annoncé une augmentation de 1,75 $ de l'heure des préposés à domicile, dont le salaire au taux horaire minimum passera de 14,25 $ à 16 $ l'heure.

Les entreprises d'économie sociale en aide à domicile (EESAD) recevront quant à elles 14,7 millions de dollars, entre autres pour améliorer les conditions de travail des préposés à domicile.

Cette enveloppe vise à encourager la rétention du personnel à un moment où le Québec en a particulièrement besoin, a déclaré la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais.

Cette année, les usagers ont reçu 3,2 millions d'heures de services de plus que l'année précédente, soit environ 22,7 millions d'heures à prendre soin de la population chez elle.

Marguerite Blais, ministre responsable des Aînés et des Proches aidants

On pense que cet effort-là, en plus des primes COVID, ça fait des salaires qui sont beaucoup plus intéressants que ceux qu'on donnait dans l'ancienne administration, où on ne faisait qu'augmenter à raison de 2 % par année, a renchéri le ministre de la Santé et des Services sociaux Christian Dubé.

Les Québécois, de plus en plus, veulent rester le plus longtemps possible chez eux, entourés des leurs, notamment dans leur communauté, a reconnu M. Dubé.

Déjà avant la pandémie, la demande [de soutien à domicile] avait commencé à augmenter. Comme dans beaucoup d'autres domaines, la demande a augmenté avec la pandémie, a-t-il poursuivi.

Marguerite Blais a mentionné que 370 000 personnes avaient eu recours à des soins à domicile au cours de la dernière année au Québec. Selon les projections, 1,5 million de personnes âgées de plus de 65 ans vivront au Québec dans 10 ans.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Christian Dubé.

Québec investit 100 millions de dollars de plus pour les soins à domicile

Photo : Radio-Canada / Jean Claude Taliana

Deuxième hausse en deux ans

En 2018, la CAQ s'était engagée à débloquer un budget de 200 millions de dollars récurrents par an, a mentionné le ministre Dubé.

Un an plus tard, un investissement de 80 millions a renforcé ce financement. À cela viennent maintenant s'ajouter les 100 millions de plus.

Après quatre ans, c'est un budget de 1,4 milliard qui aura été investi pour les services de soutien à domicile.

Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux

Selon le ministère, les nouveaux investissements permettront d'offrir 520 000 heures supplémentaires en services.

Une pétition réclamant davantage de financement pour le soutien à domicile dans le cadre des soins de longue durée a été déposée à l'Assemblée nationale cet automne.

Les signataires mettaient en avant l'exposition accrue des personnes âgées à la COVID-19, au Québec, où deux fois plus d'aînés habitent en hébergement collectif (CHSLD, RI, RPA) qu’ailleurs au Canada.

Des réactions partagées

Le Comité d'action des personnes vivant des situations de handicap (CAPVISH) se dit déçu par la nouvelle, qualifiant l’augmentation de salaire de 1,75 $ de l’heure des préposées du chèque emploi-service d’insuffisante .

Leur salaire ne passera qu'à 16 $ de l'heure, alors que pour le même travail dans des CHSLD, des préposés touchent un salaire de 26 $ de l'heure.

Dominique Salgado, directeur général du CAPVISH par voie de communiqué

L’organisme anticipe que ces conditions forcent le départ des travailleurs affectant ainsi la qualité du service. Il réclame par ailleurs la tenue d'une commission parlementaire pour faire le point sur le soutien à domicile.

Le Réseau de coopération des entreprises d'économie sociale en aide à domicile (EESAD), estime pour sa part que l'investissement est une reconnaissance et un pas dans la bonne direction qui permettra de contribuer à faciliter l'embauche et la rétention de la main-d'oeuvre à la hauteur des besoins des EESAD, selon son directeur général, J. Benoit Caron.

La présidente du Réseau FADOQ, Gisèle Tassé-Goodman, considère quant à elle que l'annonce viendra en aide au système secoué par la crise sanitaire. Il y a eu une rupture importante du continuum de soins depuis le début de la pandémie, a-t-elle déclaré par voie de communiqué.

Nos membres ont constaté une baisse considérable de leurs offres de services à domicile. Dans le contexte actuel, ces sommes récurrentes que le gouvernement du Québec va octroyer viendront mettre un baume sur le cauchemar vécu par de nombreux aînés.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !