•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

15 pays signent le plus important accord de libre-échange du monde

Des personnes dans une salle de conférence.

Le sommet virtuel de l'Association des nations du Sud-est asiatique a débuté jeudi à Hanoï.

Photo : Reuters / KHAM

Radio-Canada

Quinze économies de la région Asie-Pacifique ont formé dimanche le plus grand bloc de libre-échange du monde, un accord soutenu par la Chine et qui exclut les États-Unis.

Ce Partenariat régional économique global (RCEP) devient l'accord commercial le plus important du monde en termes de Produit intérieur brut (PIB), selon des analystes. Il représentera 30 % de l'économie mondiale, 30 % de la population mondiale et touchera 2,2 milliards de consommateurs.

Il vise à créer une gigantesque zone de libre-échange entre les 10 États de l'Association des nations du Sud-Est asiatique (ASEAN) – Indonésie, Thaïlande, Singapour, Malaisie, Philippines, Vietnam, Birmanie, Cambodge, Laos et Brunei – et la Chine, le Japon, la Corée du Sud, l'Australie et la Nouvelle-Zélande. Il aura pour effet de réduire les tarifs douaniers dans de nombreux secteurs.

La signature de ce partenariat est un nouveau coup porté au groupe poussé par l'ancien président américain Barack Obama en 2012, dont son successeur, Donald Trump, s'est retiré en 2017.

Au milieu des questions sur l'engagement de Washington en Asie, le RCEP pourrait consolider la position de la Chine en tant que partenaire économique de l'Asie du Sud-Est, du Japon et de la Corée, mettant ainsi la deuxième économie mondiale en position de façonner les règles commerciales de la région.

Je suis heureux qu'après huit années de négociations complexes, nous puissions terminer officiellement aujourd'hui les négociations du RCEP, a déclaré le premier ministre vietnamien Nguyen Xuan Phuc, dont le pays assure la présidence tournante de l'ASEAN.

Le RCEP pourrait aider Pékin à réduire sa dépendance vis-à-vis des marchés étrangers et de la technologie, a déclaré Iris Pang, économiste en chef pour la Chine continentale chez ING.

Le RCEP sera une étape majeure pour la libéralisation du commerce et de l'investissement dans la région, a estimé Rajiv Biswas, économiste en chef pour l'Asie et le Pacifique du consultant IHS Markit.

La signature de cet accord est à placer dans un contexte de forte crise économique en raison de l'épidémie de COVID19 pour les dix membres de l'Association des nations du Sud-est asiatique.

Le pacte entrera en vigueur une fois qu'un nombre suffisant de pays participants l'auront ratifié au niveau national dans les deux prochaines années, a déclaré la semaine dernière le ministre indonésien du Commerce.

L'Inde s'est retirée des négociations en novembre de l'année dernière, mais les dirigeants de l'ASEAN ont déclaré que la porte restait ouverte à son adhésion.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !