•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une saison « pleine de rebondissements » couronnée de succès pour Karol-Ann Canuel

La cycliste a remporté un prix et a signé un nouveau contrat avec son équipe professionnelle.

Karol-Ann Canuel en pleine course sur son vélo.

Karol-Ann Canuel lors des Strade Bianche d'Italie (archives).

Photo : Twitter/Équipe Boels-Dolmans

Cinq semaines après la fin de sa saison perturbée par la pandémie Karol-Ann Canuel a eu le temps de réfléchir aux derniers mois, qui ont parfois été mouvementés pour la cycliste de Gatineau.

Elle était en Europe au printemps lorsque la première vague de COVID-19 a touché le Vieux-Continent, annulant les premières courses de la saison. Elle a dû rentrer au Québec où elle s’est préparée de son mieux pour la reprise des activités, qui a eu lieu en juillet.

On a fait les mêmes courses, mais dans un calendrier condensé. Au lieu d’avoir deux semaines entre deux courses importantes, là c’était une semaine après l’autre, explique l’Abitibienne d’origine. Ç’a été un peu plus dur mentalement à la fin.

C’était quand même le fun pendant quatre heures de te concentrer sur ta course de vélo et d’être capable de décrocher de ce qui se passe en ce moment avec la pandémie

Une citation de :Karol-Ann Canuel

Avec son équipe Boels-Dolmans, elle s’est illustrée avec une neuvième place dans une course du World Tour en Italie. Elle a aussi terminé au 22e rang du contre-la-montre individuel - sa spécialité - aux Championnats du monde sur route en septembre.

Ses exploits lui ont valu, jeudi, le titre d’athlète féminine par excellence pour le cyclisme sur route lors d’une cérémonie virtuelle du Mérite cycliste québécois.

Je suis contente qu’il y ait eu une saison et que j’aie été capable de me prouver au niveau international. La relève s’en vient aussi, donc c’est quand même bien que je sois encore au top, souligne en riant l’athlète de 32 ans jointe en Espagne au sud de Barcelone.

Elle espère que ses résultats pourront se poursuivre l’an prochain, alors qu’elle représentera le Canada pour la deuxième fois aux Jeux olympiques. Elle visitera le Japon pour la première fois pour l’occasion et elle espère quitter Tokyo avec une médaille au cou.

Je pense que les Jeux vont avoir lieu. Tout le monde a beaucoup appris cette année. Je ne sais pas si ça va être avec des spectateurs ou non, mais j’ai l’impression qu’ils vont être capables de le faire pour nous, les athlètes. En tout cas, moi, il faut que je le croie, s’exclame Canuel.

Nouvelle entente avec sa formation cycliste

Elle restera au sein de la formation Boels-Dolmans - qui deviendra SD Worx en 2021 - pour une autre année après avoir signé une nouvelle entente vendredi.

C’était un autre argument pour signer pour une autre saison avec SD Worx, avec les Jeux olympiques l’année prochaine, explique Canuel, qui fait partie de cette équipe depuis 2016.

Son rôle de soutien pour les meneuses de la formation se poursuivra. Avant le final, je dois aider les leaders pour qu’elles soient à 100 %, c’est de les accompagner et de prendre le vent, explique-t-elle.

Pour le moment, c’est sous le vent d’Espagne qu’elle continue de s’entraîner. Elle ne sait pas encore si elle va choisir de rentrer au pays à un certain moment ou si elle restera dans un climat plus favorable au cyclisme pendant l’hiver.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !