•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Créer son propre emploi : chapelier

Un homme qui tient deux chapeaux dans ses mains, ses créations.

En l'espace d'un an, Joé Poitras a créé son propre emploi : chapelier.

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

Tanya Neveu

Gagner sa vie en confectionnant des chapeaux, c’est le défi que s’est donné un entrepreneur originaire du Témiscamingue.

Depuis un an, Joé Poitras crée, dans l’atelier de son appartement de Malartic, des chapeaux westerns de toutes pièces.

Son travail a récemment été remarqué par des artistes populaires québécois.

J'ai toujours aimé ça, porter un chapeau

Joé Poitras, chapelier

Si Joé Poitras a toujours eu un intérêt pour les chapeaux, il était loin de se douter qu’à 31 ans il gagnerait sa vie comme chapelier.

Il a créé sa première pièce en novembre 2019. Un an plus tard, il est lancé.

Je m’étais donné trois ans pour faire de quoi. Là, ça fait un an, j’ai lâché ma job et c’est ça que je fais à temps plein, se réjouit l’artisan.

Un chapeau style western.

Ce chapeau fait partie des dernières créations de Joé Poitras.

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

Apprendre sur le tas

Son métier, il l‘a appris avec la méthode essais et erreurs. Il fabrique ses outils et ses moules. Même sa machine à vapeur a été conçue avec l’aide d’un ami.

C’est ma tête qui fuse d’idées! Je commence tout juste à m’équiper avec des outils faits par d’autres personnes, précise-t-il.

Chacune de ses créations est unique, conçue avec du feutre de lapin et principalement du cuir d’orignal.

Le feutre de fourrure de lapin, ce n’est pas fait avec la peau, c’est fait avec le duvet, j’aime ça le préciser.

Joé Poitras

Je suis beaucoup western dans mon approche sans nécessairement être un chapeau de cowboy. Je suis un cowboy, donc la touche que j’y mets c’est western, bande de cuir, la plume, les rivets, souligne le chapelier.

Joé Poitras a une cinquantaine de chapeaux à son actif. Ses plus récents contrats ont été signés avec des artistes populaires comme Travis Cormier, un chanteur country qui a connu une grande popularité après son passage à l’émission La Voix. Il a aussi déjà fait la première partie de Bon Jovi, en 2018.

C’est gros, c’est vraiment gros en fait. Il est comme devenu mon ambassadeur. J’ai aussi fait un chapeau pour le guitariste de Kaïn, raconte Joé Poitras.

Et ses chapeaux portent tous un nom, que ce soit Le Monocle, Le Kid, Le Vicking.

Un chapeau de cowboy.

Une des créations signée Joé Poitras

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

Ça prend de la passion, ça prend de l’imagination, ça prend aussi une certaine forme physique parce que c’est quand même assez raide, mouler un chapeau de cowboy, dit-il.

Il faut environ 15 heures de travail avant que le chapeau se retrouve sur la tête d’un client.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !