•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des milliers de partisans pro-Trump manifestent à Washington

Des manifestants pro-Trump et sans masque font craindre un climat tendu à Washington.

Des manifestants.

À Washington, des milliers de manifestants se sont réunis à Freedom Plaza, à quelques centaines de mètres de la Maison-Blanche, avant de joindre la Cour suprême des États-Unis.

Photo : Radio-Canada / Louis Blouin

Radio-Canada

Convaincus d’une fraude électorale qui leur aurait « volé » la victoire à la présidentielle américaine, des milliers de partisans de Donald Trump ont manifesté samedi à Washington, une semaine exactement après la désignation de Joe Biden comme futur président des États-Unis.

Ce rassemblement à dominante rouge républicain, rouge colère, tranche au cœur de la capitale fédérale américaine, qui a voté le 3 novembre à plus de 90 % pour le candidat démocrate.

La foula a salué un cortège véhiculant Donald Trump, qui se rendait à son terrain de golf à Sterling, en Virginie, dans la matinée. Les partisans, galvanisés par son passage, ont scandé USA! et Quatre ans de plus!

Des milliers de partisans pro-Trump manifestent à Washington

Des groupuscules d’extrême droite, comme les Proud Boys, ont été aperçus parmi les participants, souvent non masqués et visiblement peu disposés à respecter les mesures sanitaires de lutte contre la COVID-19.

Nombre d'entre eux ont agité des drapeaux Trump 2020. Certains brandissaient des pancartes sur lesquelles on pouvait lire Meilleur président de l'histoire ou encore Halte au vol, en dépit de l'absence du moindre élément concret accréditant l'hypothèse d'une fraude massive au profit de Joe Biden.

Des manifestants pro-Trump.

Des supporteurs de Donald Trump considèrent que l'élection leur a été volée.

Photo : Radio-Canada / Louis Blouin

Je veux montrer mon soutien au président pour ce qu’il a l’intention de faire, a déclaré l’un des participants interrogés par Radio-Canada. Je suis à 100 % derrière lui. Il tient à la liberté et à la démocratie.

Une manifestante a appuyé un recomptage des bulletins de chaque comté dans les 50 États. Les avocats de Donald Trump ont pourtant abandonné une action en justice visant à obtenir une révision de tous les bulletins de vote déposés le jour du scrutin en constatant que la marge de victoire pour la course à la présidence en Arizona ne pouvait pas être comblée par le clan Trump.

Des manifestants pro-Trump entourant la voiture du président américain.

Le cortège du président américain Donald Trump passe devant des partisans au cours d'un rassemblement de soutien à Washington, le 14 novembre 2020.

Photo : afp via getty images / Mandel Ngan

D’autres manifestants faisaient montre d'une rhétorique plus vindicative : Si cette élection n’est pas revérifiée, nous allons recourir à la violence, a menacé un homme, tout en précisant, face à la caméra, qu’il n’était pas suprémaciste.

Sur Twitter, le président américain s'est insurgé contre la couverture médiatique des manifestations – notamment celle de Fox News – qui, selon lui, minimise l'ampleur de la mobilisation.

Des membres du groupe Proud Boys dans une manifestation.

Des membres du groupe d'extrême droite Proud Boys défilent pour soutenir le président américain Donald Trump.

Photo : Reuters / Jim Urquhart

Des manifestations dans les États-clés

Les organisateurs de l’événement ont donné plusieurs noms aux rassemblements prévus, dont Million MAGA March, la marche pour Trump ou Stop the steal (cessez le vol). À Washington, ils ont crié leur colère sur la Freedom Plaza avant de se diriger vers la Cour suprême, à laquelle Donald Trump a lancé des appels du pied pour faire infirmer le résultat électoral.

À l'extérieur du parcours, des électeurs anti-Trump ont brandi des pancartes rappelant aux contestataires Nous avons voté - Vous êtes virés.

Quelques échauffourées ont eu lieu entre des manifestants pro-Trump et des membres du mouvement Black Lives Matter, mais aucun incident majeur n'a été rapporté.

Deux gardiens armés à la manifestation de Lansing, dans le Michigan.

Un rassemblement pro-Trump a également eu lieu à Lansing, dans le Michigan.

Photo : Reuters / Emily Elconin

À Lansing, capitale du Michigan, des dizaines de manifestants, dont certains armés, se sont également rassemblés devant le Capitole. Des juges y ont rejeté vendredi les poursuites intentées par le camp Trump pour contester le résultat des élections.

À Salem, en Oregon, la pluie n'a pas dissuadé ses partisans de manifester leur mécontentement, une semaine après la tenue d'un rassemblement Stop the steal qui a dégénéré avec des manifestants du groupe Black Lives Matter.

À Raleigh, en Caroline du Nord, le camp des partisans de Trump a également fait face à des contre-manifestants, dont certains brandissaient des panneaux aux couleurs de Black Lives Matter.

Une manifestante brandissant son poing en l'air.

Une manifestante pro-Trump s'est drapée du drapeau américain pour exprimer son mécontentement, à Lansing, au Michigan.

Photo : Reuters / Emily Elconin

306 grands électeurs pour Biden

Les résultats de tous les États ont désormais été annoncés par les grandes chaînes de télévision américaines. Joe Biden a remporté 306 grands électeurs, contre 232 pour le président sortant.

Un recomptage des votes doit avoir lieu en Georgie, où l'écart est très faible entre les deux candidats, mais son issue ne changera rien au résultat : Joe Biden dispose, quoi qu'il arrive dans cet État, des 270 grands électeurs nécessaires pour accéder à la Maison-Blanche.

Donald Trump continue néanmoins à entretenir la confusion sur ses intentions. Il a semblé vendredi à deux doigts de reconnaître la victoire de son rival, avant de se reprendre in extremis.

Je pense que le temps nous dira quelle administration nous aurons, mais quoi qu'il se passe à l'avenir, qui sait, je peux vous dire que cette administration n'imposera pas de confinement, a-t-il déclaré.

Plusieurs agences fédérales ont frontalement contredit le président. L'élection du 3 novembre a été la plus sûre de l'histoire des États-Unis, ont affirmé dans un communiqué commun plusieurs autorités électorales locales et nationales, dont l'agence de cybersécurité et de sécurité des infrastructures (CISA), qui dépend du ministère de la Sécurité intérieure.

Il n'existe aucune preuve d'un système de vote ayant effacé, perdu ou changé des bulletins, ou ayant été piraté de quelque façon que ce soit, ont-elles ajouté.

Avec les informations de Louis Blouin

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !