•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Chilly Gonzales : « Quand je joue des cantiques au piano, j’arrive à croire à Noël »

Chilly Gonzales porte une robe de chambre verte et rouge.

Le musicien Chilly Gonzales, dont le vrai nom est Jason Beck.

Photo : Courtoisie

Fanny Bourel

L’artiste montréalais Chilly Gonzales a sorti vendredi A Very Chilly Christmas, un album de Noël intime et principalement instrumental dans lequel il revisite à sa manière des chansons traditionnelles, comme Silent Night et Jingle Bells, mais aussi les succès pop du temps des Fêtes que sont All I Want for Christmas Is You et Last Christmas.

Chilly Gonzales a enregistré son nouvel opus en septembre 2019 à Cologne, en Allemagne, où il vit. A Very Chilly Christmas aurait donc pu sortir pour Noël dernier, mais le pianiste juge que cet album empreint de sobriété et de mélancolie constitue une trame musicale adaptée au Noël particulier que nous allons vivre en cette période de pandémie de COVID-19.

De l’authenticité

En allant à l’encontre de certaines interprétations des classiques du temps des Fêtes, au caractère joyeux forcé, Chilly Gonzales offre un album de Noël pour celles et ceux chez qui cette période de l’année suscite une ambivalence.

Je ressens souvent des émotions partagées à l’égard de Noël, car on est vendu à une espèce de rêve de Noël qui ne peut exister dans la réalité, explique-t-il en entrevue.

Mais quand je me retrouve au piano à jouer des cantiques, avec ma famille et mes amis qui veulent chanter ensemble, j’arrive à y croire. C’est le seul truc qui me donne le sentiment d’appartenir à Noël.

Chilly Gonzales

Revenir à l’essentiel

Avec A Very Chilly Christmas, Chilly Gonzales ambitionne également de renouer avec une époque où la musique du temps des Fêtes était plus authentique, avant que les forces du capitalisme et la société de consommation ne se soient approprié Noël.

J’espère que mon interprétation de ces morceaux va les recentrer sur quelque chose de beaucoup plus pur et important, dit-il.

Enfin, dans une société individualiste comme la nôtre et dans une industrie musicale qu’il juge très centrée sur la personne, l’artiste, qui se considère lui-même comme une créature de l’ego, voit dans le fait de jouer des cantiques de Noël une occasion de rendre à la musique sa fonction sociale première, celle de rassembler les gens.

Il n’y a pas l’ego du compositeur dans ces morceaux, constate-t-il, ajoutant que leurs paroles contiennent rarement le mot je.

Ringarde, la musique de Noël?

La musique de Noël tend à être considérée comme quétaine. Chilly Gonzales comprend cette perception. Beaucoup de gens font des albums de Noël pour le cash, c’est un peu cynique et cela alimente une résistance à la musique de Noël.

Loin de vouloir verser dans le snobisme, il souligne que ces chants représentent pour certaines personnes le seul contact qu’elles ont avec la musique traditionnelle.

Les morceaux de l’album ont survécu au test du temps. On ne peut pas faire plus hits que des chansons qui sont chantées tous les ans depuis des siècles.

Chilly Gonzales

Feist et Jarvis Cocker au micro

Si A Very Chilly Christmas est en grande partie instrumental, le pianiste a tenu à la présence de voix sur son album, le principe des chansons de Noël étant d’être chantées.

Sur trois titres, il a donc fait appel à deux amis : la chanteuse canadienne Feist et l’artiste musical britannique Jarvis Cocker. Ce sont les deux meilleurs chanteurs avec lesquels j’ai travaillé. Ils pensent vachement à leur public et ils croient que la musique est faite pour rassembler.

Pour laisser l’album venir naturellement, Chilly Gonzales s'est peu préparé, optant pour la nonchalance. Les morceaux de Noël habitent l’inconscient collectif, ils sont mûrs pour la transformation, dit-il. Il s’agit juste de jouer avec.

Il a aussi limité le nombre d’enregistrements de chacun des titres. C’est l’album où il y a le plus d’erreurs, il y en a quatre ou cinq. J’ai voulu les laisser.

Des classiques revus sans prétention

À l’exception de The Banister Bough, qui est la seule composition originale du disque, A Very Chilly Christmas reprend des chansons traditionnelles, mais aussi des plus rock, comme Snow Is Falling in Manhattan, ainsi que les incontournables All I Want for Christmas Is You, popularisée par Mariah Carey, et Last Christmas, du groupe Wham!.

Chilly Gonzales a choisi d’interpréter ces deux pièces pop au piano avec sobriété, un peu comme si elles étaient des cantiques traditionnels. Je l’ai fait exprès pour que les gens puissent les écouter autrement, sans ironie et sans se dire que c’est kitsch, explique-t-il. Cela montre aussi à quel point ce sont des morceaux bien composés et touchants.

Selon lui, le piano a le pouvoir de révéler l’essence de chansons très travaillées et saturées d’effets sonores. On a enfin l’impression de s’être lavé les oreilles et d’écouter le morceau pour la première fois.

Quelle est la chanson de Noël préférée de Chilly Gonzales? C’est justement Last Christmas. J’aime les chansons grâce auxquelles les gens s’abandonnent. Et quand ils chantent Last Christmas, ils se lâchent, ils se croient dans un film.

J’adore voir les gens chanter autour de [mon] piano, dit l’artiste. Je me sens alors utile et, pour une fois, connecté aux autres, tout en étant protégé par le piano.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !