•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des mots sur les maux de la DSFM : la lettre de Bernard Lesage au ministre de l’Éducation

Un homme assis en rencontre écoute attentivement.

Le président de la Commission scolaire franco-manitobaine, Bernard Lesage.

Photo : Radio-Canada / Bert Savard

Des consignes et directives claires sur la manière dont la gestion de la pandémie doit se dérouler dans les écoles manitobaines : c’est ce que demande le président de la Commission scolaire franco-manitobaine (CSFM), Bernard Lesage, au ministre de l’Éducation de la province, Kelvin Goertzen.

À titre de président de la Commission scolaire franco-manitobaine (CSFM), et aux noms des commissaires élus, je crois important de vous partager notre grande inquiétude quant à la situation de plus en plus chaotique que vit présentement tout le personnel de la Division scolaire franco-manitobaine (DSFM).

C’est ainsi que démarre la lettre du président de la CSFM à l’attention du ministre de l’Éducation du Manitoba, Kelvin Goertzen. La missive a été partagée aux parents d’élèves de la DSFM vendredi en fin de journée.

Bernard Lesage reproche à la province son manque de directives claires et homogènes. Il prend en exemple la recommandation des deux mètres de distance entre les élèves dans les classes ou encore des protocoles à mettre en place lorsqu’un cas de COVID-19 se déclare dans un établissement. Pour le président, les suggestions de la province au lieu de directives claires, complexifient d’autant plus le travail sur le terrain.

Il devient très difficile de gérer durant cette pandémie tellement les consignes ne sont pas précises, affirme-t-il au cours d’une entrevue téléphonique.

Manque de moyens humains et matériels

Les annonces faites récemment par le ministre de l’Éducation n’ont pas rassuré M. Lesage. Lundi, la province a affirmé procéder à l'embauche d'au moins 100 enseignants et 20 assistants pédagogiques pour un centre de ressources destiné à soutenir l'enseignement à distance, alors que les professeurs demandent plus de ressources dans les écoles. Le coût total du projet s'élève à 10 millions de dollars.

Bernard Lesage espère que les fonds supplémentaires alloués à l’embauche d’enseignants et auxiliaires supplémentaires tiennent aussi compte des besoins spécifiques à sa division scolaire.

Le président de la CSFM énumère dans sa lettre le manque de ressources humaines et physiques de la DSFM, comme notamment le manque de suppléants, d’enseignants qualifiés et de salles de classe.

Le président de la CSFM affirme avoir sourcillé après l’annonce faite plus tôt cette semaine par le ministre. Selon Bernard Lesage, en raison de la pandémie et des besoins de l’immersion et de la DSFMle puits d’enseignants et d’enseignantes disponibles est tari.

C’est beau de parler de vouloir trouver du personnel, mais en même temps, si le personnel n’existe pas, ce n’est pas nécessairement la solution,

Une citation de :Bernard Lesage, président, Commission scolaire franco-manitobaine

Ce dernier reproche aussi à la province la mise en place d’un système d’enseignement à trois volets : à distance, en présentiel et hybride, qui alourdit la tâche des divisions scolaires, selon lui et qui, à la DSFM, ne libère pas plus de place.

Beaucoup de frustration

Bernard Lesage rappelle que la DSFM emploie déjà plus d’une quarantaine d’enseignants et plus de 150 auxiliaires supplémentaires, sans pour autant que tous les besoins soient comblés.

Nous devons parfois retourner des groupes à la maison. La situation n'est pas tenable. Et ensuite, on reçoit beaucoup d’appels de parents qui vivent une certaine frustration , regrette le président.

C’est d’ailleurs pour faire écho à cette frustration et pour mettre en lumière le travail fourni par les employées de la DSFM que Bernard Lesage confirme avoir pris la plume. Il espère que, avec cette lettre, le ministre de l’Éducation parviendra à comprendre ce qu’il se joue à l’intérieur de la DSFM.

Bernard Lesage espère qu’il en naîtra une rencontre entre l’administration de la DSFM et les fonctionnaires du ministère de l’Éducation.

Il précise : Cela pour discuter de la situation et trouver des façons d’avancer et de répondre aux besoins des jeunes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !