•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les stations de ski de l’Estrie seront prêtes pour la zone rouge

Des skieurs marchent au bas des pentes de ski.

Des skieurs quittent les pentes après la fermeture du versant Giroux Est.

Photo : Radio-Canada / John Naïs

Radio-Canada

Même si le passage en zone rouge a eu lieu jeudi en Estrie, les stations de ski de la région sont confiantes quant à la saison à venir.

Ça fait longtemps qu’on a l’information pour tous les scénarios possibles. On était déjà prêts, explique le directeur général de la Corporation ski et golf Mont-Orford, Simon Blouin. Alors que les stations se préparaient depuis quelques semaines à recevoir leurs premiers clients dans une zone orange, certaines modifications devront être apportées au plan initial.

Des règles plus sévères en zone rouge

D’abord, il y aura d’importantes modifications pour les remontées mécaniques puisqu’une seule bulle familiale à la fois ne pourra monter à bord. Les télésièges à six personnes pourront accueillir deux personnes ne vivant pas sous le même toit, en les asseyant aux extrémités. Pour ce qui est des cabines, elles pourront atteindre 50% de leur capacité habituelle. Les files d’attente seront aussi aménagées afin de respecter les deux mètres de distance.

Les services de restauration à l’intérieur des chalets seront fermés. Toutefois, les usagers pourront rentrer à l’intérieur pour se changer, se réchauffer et utiliser les toilettes. On demandera par contre aux skieurs et planchistes de limiter la durée de leur passage à l’intérieur pour permettre au plus grand nombre de personnes possible d’y accéder tout en respectant la distanciation physique.

Au Mont Sutton, on compte sensibiliser les clients à modifier leurs pratiques. On va sensibiliser les skieurs à ce qu’ils arrivent prêts : habillés, prêts à skier , explique Jean-Michel Ryan, président- directeur général de Mont Sutton.

On est confiants. On souhaite vraiment revenir avant les Fêtes en zone orange

Une citation de :Simon Blouin, directeur général de la Corporation ski et golf Mont-Orford
Une affiche sur laquelle on demande aux clients qui ont des symptômes de la grippe de rester à la maison

Des consignes sont affichées dans les fenêtres du chalet de la station de ski Mont-Orford

Photo : Radio-Canada / Emy Lafortune

Malgré les restrictions, des mesures seront mises en place par la station de ski pour agrémenter l’expérience des skieurs. Entre autres, à Bromont et à Orford, un service de restauration à l’extérieur sera offert.

Les abonnés priorisés

La capacité d’accueil des stations devra être revue à la baisse. Pour cette raison, à Bromont, montagnes d’expériences, la billetterie sera fermée, ne laissant la montagne accessible qu’aux membres. On veut ainsi éviter que d’interminables files d’attente se forment pour l’accès aux remontées mécaniques.

La station se garde la possibilité de vendre un nombre limité de billets journaliers si l'achalandage le permet, explique Marc-André Meunier, directeur du marketing et des communications.

Ce ne sera pas une année record.

Une citation de :Marc-André Meunier, directeur du marketing et des communications à Bromont, montagnes d’expériences

Au Mont-Orford, les abonnements de saison et les billets achetés à l’avance seront priorisés plutôt que ceux achetés le jour même. La situation sera évaluée quotidiennement pour la vente de billets journaliers. C’est sûr qu’une belle journée de tempête où nos abonnés vont avoir le goût de skier, on va réduire de beaucoup l’offre, donne en exemple Simon Blouin. Il souligne qu’il est tout de même difficile de faire des prévisions face à l’inconnu, les premières journées de la saison serviront à affiner les modalités d’accueil.

Pour sa part, la station Owl’s Head est optimiste. Se fiant à la popularité de son terrain de golf au cours des derniers mois, elle s’attend à un achalandage important. On s’attend possiblement à avoir, en quantité absolue, peut-être plus de skieurs même, dit le directeur ventes et marketing, François Leduc. Ce dernier souligne que la popularité du plein air en temps de pandémie se fera fort probablement ressentir sur les pentes de sa station au cours de l’hiver.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !