•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Déontologie policière : Mathieu Chamberland nie avoir empoigné un adolescent à la gorge

efe1f51a16a847ffa92415e00b9955cc

Le témoignage de l'agent a eu lieu aujourd'hui.

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

Radio-Canada

L’agent Mathieu Chamberland, du poste de la Sûreté du Québec de Val-d’Or, a nié avoir empoigné un adolescent à la gorge lors d’une intervention policière en juin 2018.

Le policier a témoigné vendredi au quatrième et dernier jour de son enquête devant le comité de déontologie policière du Québec. Les faits qui lui sont reprochés se seraient déroulés lors d’une fête d’après-bal des finissants à Val-d’Or.

Un jeune, qui avait 16 ans à l’époque, affirme que l’agent Chamberland l’a empoigné à la gorge et poussé avec force alors qu’il tentait de quitter la fête en question, qui se déroulait dans une résidence. Les gestes auraient fait suite à une altercation verbale entre les deux parties à l’extérieur de la résidence.

L’agent Chamberland a contredit plusieurs des éléments clés du témoignage de l’adolescent. Il nie avoir intimidé la présumée victime en lui disant qu’il était armé, qualifiant cette déclaration de farfelue.

De plus, le policier affirme avoir empoigné le jeune par le bras et l’épaule pour le sortir d’une voiture, parce que celui-ci refusait de collaborer et décliner son identité.

Jamais je ne l’ai pris par le cou et il ne s’est pas débattu pour sortir, a-t-il témoigné. Je me rappelle qu’il a plus tard mentionné une blessure et avoir des marques, mais je n’en ai pas fait de cas parce que ça me semblait invraisemblable.

Rappelons que l’agent a été cité à comparaître pour avoir abusé de son autorité en intimidant ou en menaçant la présumée victime, pour avoir porté une accusation contre lui sans justification et pour avoir utilisé la force sans droit.

Maintenant que l’audition des témoins est terminée, les procureurs présenteront des plaidoiries écrites.

La juge administrative Louise Rivard prendra ensuite la cause en délibéré.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.