•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Il y a 50 ans, Jean-Pierre Ferland offrait son album Jaune

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Les 2 D, 19 novembre 1970

Radio-Canada

À l’automne 1970 paraissait l’album Jaune de Jean-Pierre Ferland qui venait mettre un peu de soleil dans la grisaille de novembre. Issu d’une longue réflexion sur la recherche de nouvelles sonorités, Jaune allait marquer un tournant dans la musique québécoise.

C’est un disque qui s’écoute du début à la fin comme une histoire. Il a été pensé comme ça.

Jean-Pierre Ferland

À l’émission Les 2 D du 19 novembre 1970, la journaliste Isabelle Pierre s’entretient avec Jean-Pierre Ferland suite à la sortie du disque.

On perçoit bien dans cette entrevue que Jean-Pierre Ferland est fier du résultat qui tranche nettement avec le style chansonnier auquel on est habitué au Québec comme en France.

L’auteur-compositeur-interprète fait résolument le saut vers une musique plus pop, plus américaine et plus émancipée.

Ferland explique qu’avec son équipe, il souhaitait arriver à la même valeur technique et à la même qualité sonore que ce qui se faisait depuis la fin des années 60 aux États-Unis et en Angleterre.

On a même dit aussi que jusqu’à un certain point, ça donnait une petite leçon aux Français côté disque, parce qu’il ne s’est jamais fait un disque comme ça, même en France.

Isabelle Pierre

À la journaliste qui lui fait remarquer que les coûts de l’album sont importants en comparaison avec d'autres albums produits au Québec, Ferland explique que Jaune est né de l’expérimentation et de la recherche et c’est ce qui a coûté un peu plus cher.

C’est ici que nous sommes le mieux équipés dira le chanteur. Il n’hésite pas à qualifier le technicien et producteur André Perry de grand artiste.

Pour moi, tout "Jaune" a été fait avec beaucoup de recherche, beaucoup d’espoir, beaucoup de lumière. C’est une couleur qui va bien avec les chansons.

Jean-Pierre Ferland

Jaune est le 10e album de Jean-Pierre Ferland en carrière. On y retrouve les chansons à succès Le petit roi, Sing Sing, Quand on aime, on a toujours 20 ans, God is an American, Le chat du café des artistes.

En assistant à l’Osstidcho en 1968, Jean-Pierre Ferland est renversé par les chansons de Robert Charlebois.

Cette nouvelle manière désinvolte de s’exprimer en musique le convainc de faire appel au guitariste de Robert Charlebois, Michel Robidoux.

Jean-Pierre Ferland et Michel Robidoux composent ensemble Sing Sing et Le petit roi.

On peut entendre ici un extrait de la chanson Le petit roi à l’émission Vedettes en direct du 26 septembre 1973.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Vedettes en direct, 26 septembre 1973

Le producteur André Perry entourera Ferland de musiciens américains notoires comme le guitariste David Spinozza et le bassiste Tony Levin.

Un son électrique, audacieusement moderne et rock est très présent sur la chanson God is an American, sans doute la plus théâtrale et éclatée de l’album.

Jean-Pierre Ferland l’interprète à Cent mille chansons le 28 avril 1971.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Cent mille chansons, 28 avril 1971

En 2008, Jaune est nommé meilleur album de tous les temps au Québec par un jury qui regroupait 50 personnalités de l’industrie du disque.

L'album figure parmi les albums canadiens les plus importants de tous les temps dans le livre de Bob Mersereau The Top 100 Canadian Albums (2007).

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.