•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il est possible de jouer aux quilles en zone rouge

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Un abat aux quilles.

Le reportage de Marc-Antoine Lavoie

Photo : iStock

Félix Morrissette-Beaulieu

Un salon de quilles de Lévis a choisi d'ouvrir ses portes en respectant le décret gouvernemental, mais d’autres propriétaires aimeraient des consignes claires de la santé publique avant d'accueillir à nouveau la clientèle.

Après l’étude du décret gouvernemental, le Boule-O-Drome Rive-Sud, à Lévis, a finalement décidé d’ouvrir ses portes quelques heures par jour en appliquant à la lettre les mesures de santé publique en zone rouge.

En effet, selon le ministère de la Santé et des Services sociaux, le décret actuel permet des activités sportives intérieures individuelles ou en duo, de même que la pratique libre.

On est ouvert, mais pas de façon permanente, confirme la propriétaire Claire Nolet.

Une allée sur deux est fermée. Deux personnes maximum peuvent s’affronter, sauf les familles d’une même adresse. Le port du masque est obligatoire en tout temps. Les aires de restauration ne sont pas accessibles, les compétitions et les ligues organisées sont interdites.

Ça permet une activité familiale parce que là l’hiver arrive et il faut trouver des alternatives aux activités extérieures. Je crois qu’on est aussi sécuritaire que n’importe quelle autre activité.

Claire Nolet assure ne pas être rentable malgré a réouverture. On ne fera pas d’argent, mais on va permettre à nos clients de faire une activité.

Le Boule-O-Drome Rive-Sud est ouvert quelques heures par jour du jeudi au dimanche.

Le Boule-O-Drome Rive-Sud est ouvert quelques heures par jour du jeudi au dimanche.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Respect du décret

Le service de police de Lévis est intervenu au Boule-O-Drome Rive-Sud.

Le salon de quilles respectait les règles du décret. Il y avait un joueur ou deux joueurs maximum par allée. C’était des activités sans encadrement, donc libres, confirme Christian Cantin, porte-parole de la police de Lévis.

Dans le décret, lorsqu’on l’a vérifié, tout était correct et les règles sanitaires étaient respectées.

Christian Cantin, porte-parole de la police de Lévis

Le nombre de personnes autorisé à l'intérieur est aussi diminué de moitié, comme l’ordonne le décret.

Il s’agit d’une entreprise qui exploite des activités de loisir. Ils étaient tout à fait en règle d’opérer leur salon de quilles, ajoute le policier.

Directives vagues

D'autres propriétaires de salon de quilles s’accordent pour dire que les directives du gouvernement laissent place à plusieurs interprétations.

C’est un peu vague, témoigne Claire Nolet. Elle affirme que le 15 mars, il était clair qu'elle devait fermer son salon, mais depuis, elle n’a pas eu de directives précises.

On est allé en lisant, en s’informant en essayant de voir quelle est la meilleure façon de faire. J’aimerais avoir des directives claires, tous les propriétaires de salon de quilles se posent des questions.

Claire Nolet, propriétaire, Boule-O-Drome Rive-Sud

C’est le cas de Jocelyn Faucher, propriétaire du Quillorama Frontenac, à Québec, qui indique avoir reçu des directives de la part de la santé publique seulement vendredi, lui confirmant qu'il pouvait rouvrir.

Personnellement je suis très surpris de cette décision-là, mais elle est noir sur blanc, dit le propriétaire

Il a toutefois décidé de rester fermé jusqu’à nouvel ordre puisqu’il veut éviter de propager davantage la COVID-19, mais aussi pour des raisons de rentabilité.

Je veux aider mon gouvernement provincial et fédéral [afin] d’essayer d’avoir le moins de regroupement possible de gens. [Lorsqu’on] sera en zone orange, on regardera notre décision d’affaires. Présentement, on veut collaborer avec la société, conclut M. Faucher.

Une mise à jour du site internet du gouvernement du Québec en date 13 novembre indique que les salons de quilles peuvent effectivement être ouverts selon certaines conditions au même titre que les salons de billard, les arénas pour le patinage libre, les piscines pour les bains libres et les centres d'escalade intérieure.

Avec la collaboration de Marc-Antoine Lavoie

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !