•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des agents des services secrets infectés par la COVID-19 pendant la campagne de Trump

Des collaborateurs du président et des fonctionnaires de la Maison-Blanche ont été infectés lors de rassemblements où le masque n'était pas de rigueur.

Donald Trump de dos devant des partisans. Il fait un signe de pouce en l'air à une femme, qui fait la même chose.

Peu de partisans de Donald Trump portaient des masques lors de plusieurs rassemblements.

Photo : Reuters / CARLOS BARRIA

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Plusieurs dizaines d’agents des services secrets américains qui assuraient la sécurité du président Donald Trump et de la Maison-Blanche ont dû se placer en isolement ou en quarantaine dans la dernière ligne droite de la campagne électorale parce qu’ils ont contracté le coronavirus ou qu’ils ont eu des contacts avec un collègue infecté par la COVID-19, rapportent le Washington Post et CNN.

Le Washington Post, citant des sources anonymes proches de la Maison-Blanche, avance que plus de 130 agents ont été mis au repos forcé. Ainsi, environ 10 % des effectifs de l’équipe de sécurité de l’agence ont été affectés par l’éclosion, qui serait liée à des rassemblements partisans dans les dernières semaines de la campagne.

L’épidémie survient au moment où le nombre de cas d'infection au coronavirus a rapidement augmenté dans le pays, avec 152 000 nouveaux cas dans la seule journée de jeudi.

Cette éclosion a un effet dévastateur sur l’équipe assignée à la sécurité présidentielle : de plus en plus de collaborateurs du président Trump et de fonctionnaires de la Maison-Blanche sont tombés malades dans la foulée d'événements de la campagne électorale au cours desquels plusieurs participants ne portaient pas de masque.

Le chef de cabinet de la Maison-Blanche, Mark Meadows, de même que les conseillers politiques Corey Lewandowski et David Bossie, sont au nombre des personnes infectées.

De rares masques

Le président Trump a maintenu un horaire de campagne soutenu dans les dernières semaines, tenant près de 50 rassemblements dans des États disputés après avoir lui-même été infecté à la mi-octobre.

Plusieurs des États visités étaient pourtant reconnus comme des points chauds de la pandémie, et les foules denses qui assistaient aux rassemblements ne comptaient que très peu de gens portant un masque.

Tous les employés qui ont travaillé à la campagne électorale du président sortant passent des tests de dépistage de la COVID-19, selon CNN.

Le porte-parole de la Maison-Blanche, Judd Deere, a déclaré que l'administration prenait chaque affaire au sérieux, mais il a renvoyé les questions sur l'épidémie touchant les services secrets aux responsables de l'agence.

Un porte-parole des services secrets s’est, quant à lui, contenté d’indiquer à CNN que l’agence observe un protocole bien établi pour faire passer des tests de dépistage à ses employés exposés au virus, isoler immédiatement ceux dont le résultat du test est positif et tracer les infections.

Le programme nous assure que toutes les précautions sont prises pour veiller à la santé et à la sécurité des gens que nous protégeons, de nos employés, de leur famille et du public en général, a-t-il précisé.

Les services secrets américains comptent quelque 7600 personnes, dont 1600 servent comme agents en uniforme sur le terrain.

Une milliardaire républicaine anti-masque infectée

Liz Uihlein, une milliardaire américaine pro-Trump et anti-restrictions contre la pandémie de COVID-19, a été déclarée positive à la maladie.

Une femme et un homme marchent à la Maison-Blanche.

Liz Uihlein et Jacob Peters, un dirigeant de l’entreprise américaine Uline, ont participé à un dîner d’État honorant le premier ministre australien Scott Morrison en septembre 2019 à la Maison-Blanche.

Photo : Getty Images / Paul Morigi

Âgée de 75 ans, celle qui est PDG de la compagnie Uline Inc. a envoyé un mémo le 10 novembre aux employés les avisant qu’elle et son mari Dick s'étaient placés en quarantaine.

Le diagnostic est tombé à peine une semaine après l’élection présidentielle américaine. Le couple Uihlein aurait peut-être été infecté pendant une cérémonie à la Maison-Blanche le 3 novembre dernier pendant la soirée électorale, selon CBC News.

Environ 150 personnes – la plupart sans masque – étaient rassemblées dans la East Room pour ce qui devait être une célébration de victoire. Liz and Dick Uihlein ont donné 65 M$ US au Parti républicain pour l’élection de 2020.

Mme Uihlein a bénéficié d’une autorisation spéciale du gouvernement fédéral pour entrer au Canada pour un voyage d'affaires de deux jours en août sans suivre la règle de la quarantaine de 14 jours, ce qui a créé la polémique au pays une fois la nouvelle révélée.

Le ministre de la Sécurité publique, Bill Blair, a déclaré le 17 septembre que la femme d'affaires n'aurait pas dû être autorisée à entrer au Canada.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !