•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De grands acteurs économiques demandent de « sécuriser le tracé du tramway »

Esquisse du projet de tramway.

Le tramway circulera sur le boulevard René-Lévesque.

Photo : Radio-Canada

Le rapport du BAPE en défaveur du tramway continue de susciter des réactions. D'un côté, neuf grandes organisations invitent le gouvernement Legault à « sécuriser le tramway de Québec sans tarder » et de l'autre, le comité Tramway non merci réclame un gel des dépenses.

Dans une déclaration commune publiée vendredi matin, de grands acteurs économiques de la région font valoir que le projet de tramway est une étape essentielle dans l’amélioration de l’offre de transport collectif . Parmi les signataires, le président d’IA Groupe financier, Denis Ricard, soutient que ce projet s’inscrit parfaitement dans une perspective de développement durable.

La rectrice de l’Université Laval, Sophie D’Amours, souhaite quant à elle que le gouvernement livre rapidement ce réseau pour notre jeunesse, notant que les étudiants se sont récemment prononcés en faveur d’un laissez-passer universitaire leur donnant un accès illimité au transport en commun.

La Chambre de commerce et d’industrie soulève de son côté des arguments économiques pour tenter de convaincre le ministre des Transports de ne pas prendre trop de temps à revoir le tracé initial. Dans le contexte de relance économique, il est primordial d’offrir un climat de prévisibilité dans le dossier du tramway de Québec, mais surtout, de le démarrer rapidement, plaide le président et chef de la direction, Steeve Lavoie.

Le document est également endossé par les dirigeants de la Banque Nationale, CAA-Québec, le Conseil du patronat du Québec, l’Institut de développement urbain du Québec, La Capitale et SSQ Assurance et le Mouvement Desjardins.

Gel des dépenses

Les demandes du comité Tramway non merci vont dans le sens contraire de celles des acteurs économiques. Le porte-parole, Stéphane Lachance, réclame le gel de toutes les dépenses liées au projet. Où l’urgence de dépenser des millions par centaines sur un tracé qui impérativement changer?

Stéphane Lachance au micro lors d'une conférence de presse à l'hôtel Plaza de Québec

Stéphane Lachance est un des citoyens derrière le comité «Tramway non merci»

Photo : Radio-Canada

Il laisse aussi entendre que la Coalition avenir Québec pourrait perdre des appuis dans la région de la capitale si jamais elle va de l’avant avec l’implantation d’un tramway sans tenir compte de l’ensemble des conclusions du rapport du BAPE qui soulève, entre autres, des questions sur le mode de transport choisi.

Les décisions qu’ils prendront sur l’avenir de [ce projet] se reflèteront inévitablement sur le prochain scrutin de 2022. [...] Ne vous laissez pas intimider et cessez de croire les mensonges d’un maire entêté, ajoute-t-il à l’endroit du ministre François Bonnardel.

Depuis sa fondation, le comité Tramway non merci réclame que la population soit consultée sur le projet de transport structurant, que ce soit avec un référendum, ou encore lors de la prochaine campagne électorale l’automne prochain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !