•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Éclosions de COVID-19 dans deux foyers pour aînés sur trois à Winnipeg

Extérieur du bâtiment avec l'enseigne annonçant Maples Personal Care Home.

Le foyer de soins personnels pour aînés Maples de Winnipeg est géré par Revera.

Photo : Radio-Canada / Lyzaville Sale

Radio-Canada

L’Office régional de la santé de Winnipeg (ORSW) a fait le point vendredi sur la situation de la COVID-19 dans les foyers de soins prolongés qui sont sous sa responsabilité. En date du 13 novembre, 357 résidents de ces centres ont eu des résultats positifs après un test de dépistage, a déclaré la présidente-directrice générale de l'ORSW, Vickie Kaminski, lors d’une conférence de presse.

Sur ces 357 résidents, 189 se sont rétablis, et 68 ont succombé à la maladie. Par ailleurs, 71 cas sont toujours actifs.

Les employés sont épuisés, et les ressources manquent, admet Vickie Kaminski.

Cette annonce survient après la mort de huit résidents en 48 heures au centre de soins prolongés Maples la fin de semaine dernière.

Une étude sur la sécurité à Maples révèle qu’il faut dès maintenant se pencher sur plusieurs problèmes, explique la responsable de l'exploitation des soins de longue durée, Gina Trinidad.

Je vais être honnête. Nous avons repéré plusieurs problèmes qui nous inquiètent, dit-elle.

Cela comprend des violations des mesures de contrôle, en particulier sur l’usage approprié de l’équipement de protection individuelle, sur la prise de notes concernant l’alimentation et les informations nutritionnelles ainsi que sur la nécessité de maintenir le personnel en place, précise Gina Trinidad.

Le ministre demande une enquête

De son côté, le ministre de la Santé, Cameron Friesen, a annoncé qu’il confie à la Dre Lynn Stevenson le soin de mener une enquête indépendante pour comprendre comment la situation a pu se détériorer au foyer de soins prolongés Maples.

Le ministre s'était engagé à commander une telle enquête à la suite de l'incident survenu la semaine dernière au foyer Maples, qui a mis au jour les défaillances de la gestion de la COVID-19 dans cet établissement.

Je suis persuadé que la Dre Stevenson sera en mesure de fournir les réponses que toute la population manitobaine attend, a-t-il indiqué vendredi.

L’enquête commencera la semaine prochaine. Un rapport préliminaire sera soumis à la mi-décembre, et le rapport final sera remis en janvier.

L’experte-conseil a été sous-ministre adjointe au ministère de la Santé de la Colombie-Britannique. Infirmière de profession, c'est aussi une haute gestionnaire en matière de fonctionnement des soins de santé, de qualité et de sécurité, de ressources humaines et de recherche et a participé, cette année, à l’examen d’un foyer d’éclosion dans un établissement d'Halifax, où 360 cas ont été répertoriés et où 53 résidents sont morts.

Dans son examen de la situation au Manitoba, elle devra établir le niveau de soins qui était donné dans le foyer Maples, quelles étaient les politiques et les procédures en place et quel était le niveau de compétence des équipes. Elle devra déterminer si les mesures en place ont eu un effet négatif sur les soins aux patients et leur sécurité. Elle devra aussi formuler des recommandations pour améliorer le système de soins de longue durée dans la province.

Incertitudes quant aux causes des éclosions

L’ORSW ne sait pas si le problème de l’équipement de protection individuelle (EPI) a causé l’éclosion et a contribué à répandre davantage la COVID-19 dans le centre Maples. « Il y a beaucoup de failles potentielles », explique Gina Trinidad.

Nous ne croyons pas que c’est la seule cause, précise Mme Trinidad en réaction au problème concernant la distribution et l’usage de l’EPI. Nous n’avons toujours pas une idée claire des toutes les causes des éclosions.

L’ORSW travaille avec le foyer de soins pour s’assurer de la propreté des lieux et de la bonne utilisation de l’EPI. Il y aura par exemple des lieux désignés pour que les employés puissent mettre et retirer leur équipement.

Un responsable de l’ORSW s’est rendu dans l’établissement cette semaine pour observer la situation et assurer la sécurité des résidents, ajoute-t-elle.

Une équipe de l’ORSW est présente depuis le week-end dernier pour répondre rapidement à la situation. Des employés de la Croix-Rouge canadienne sont arrivés le 6 novembre, précise Gina Trinidad. Cette équipe travaillera dans le foyer samedi.

La gestion de la compagnie Revera

Vendredi dernier, des employés du centre Maples ont appelé le 911 vers 19 h , selon le Service d’incendie et de soins paramédicaux.

En plus d’avoir découvert la mort de deux résidents, les ambulanciers ont dû prendre soin de patients déshydratés, dont trois ont été transportés à l’hôpital. Samedi, huit résidents du centre de soins prolongés étaient morts en deux jours.

« Ce jour-là, seulement 7 des 19 aide-soignants travaillaient et 5 des 7 infirmières étaient en poste » ont signalé des employés de l’ORSW lundi.

La compagnie qui gère le centre Maples, Revera, n’avait toutefois pas donné la même information à l’ORSW dans un rapport.

Lors d’une réunion publique pour les familles et les résidents mardi, les gérants de la compagnie Revera ont affirmé que 45 employés souffraient toujours de la COVID- 19 en plus de 10 cas actifs parmi les résidents.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !