•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections américaines : Twitter a épinglé 300 000 gazouillis trompeurs depuis fin octobre

Un message affiché sur un cellulaire.

Le message de Donald Trump sur Twiiter : « Ces VOYOUS déshonorent la mémoire de George Floyd, et je ne laisserai pas faire cela. Viens juste de parler au gouverneur Tim Walz et lui ai dit que l'armée est à ses côtés tout du long. Au moindre problème, quand les pillages démarrent, les tirs commencent. Merci! »

Photo : afp via getty images / OLIVIER MORIN

Agence France-Presse

Twitter a épinglé quelque 300 000 gazouillis liés à l'élection présidentielle américaine et jugés potentiellement trompeurs, en deux semaines, soit 0,2 % de l'ensemble des messages publiés sur le réseau à ce sujet, selon un billet de blogue publié jeudi.

Ces avertissements ont été émis entre le 27 octobre et le 11 novembre, soit une semaine avant et une semaine après l'élection américaine du 3 novembre, remportée par Joe Biden contre Donald Trump.

Selon ce qu’a précisé la responsable juridique et politique de Twitter, Vijaya Gadde, sur ces 300 000 gazouillis signalés, 456 ont été interdits de partage, de commentaire ou de mention j'aime.

Elle souligne par ailleurs qu'environ 74 % des personnes qui ont vu ces messages les ont vus après qu’ils eurent été signalés comme trompeurs, et que le partage de tels messages a, par conséquent, diminué d'environ 29 %.

On ne précise toutefois pas combien de gazouillis ont été cachés.

Au cours de cette période, Twitter a également publié sur la page d'accueil des internautes aux États-Unis des messages préventifs, qui ont été vus 389 millions de fois, qui rappelaient aux gens que les résultats des élections étaient susceptibles d'être retardés et que le vote par courrier était sûr et légitime, souligne encore Vijaya Gadde.

Près de la moitié des gazouillis de Donald Trump ont été signalés par le réseau social dans les jours qui suivaient l'élection. Le président y assurait, sans preuve, qu'il avait gagné et qu'il y avait des fraudes massives.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !