•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Longueuil n'enverra pas ses cerfs de Virginie au Zoo Miller

Un cerf semble chercher de la nourriture parmi les feuilles mortes sur le sol.

Un jeune cerf de Virginie, aussi appelé chevreuil, au milieu du parc Michel-Chartrand, à Longueuil.

Photo : Radio-Canada / Bernard Barbeau

Félix Morrissette-Beaulieu

Malgré la proposition du Zoo Miller d’accueillir 17 cerfs de Virginie du parc Michel-Chartrand, la Ville de Longueuil maintient sa position de capturer et d’euthanasier les bêtes pour des raisons de bien-être animal.

Le Zoo Miller, situé à Frampton, en Beauce, a fait une demande à la Ville dans le but d'accueillir 17 cerfs du parc Michel-Chartrand menacés d'euthanasie.

Nous déclarons que nous, le Miller Zoo et la Ferme 5 étoiles de Sacré-Coeur sommes prêts à accueillir conjointement tous les cerfs menaçant l'écosystème du parc, a écrit la direction du zoo sur sa page Facebook, disant vouloir offrir une alternative aux partis concernés.

La Ville de Longueuil indique avoir pris connaissance de l’offre, mais n’a pas l’intention de modifier son opération visant à capturer et euthanasier les cerfs pour éviter une détérioration de l'écosystème du parc.

Le déplacement était parmi les options étudiées, mais le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs a plutôt autorisé la capture et l’euthanasie, de même que la revalorisation de la viande auprès de banques alimentaires, indique la Ville de Longueuil.

Risques

Selon la Ville, le déplacement des bêtes nécessite tout de même la capture des cerfs et risque d’engendrer un choc qui peut être mortel pour l’animal.

La réaction physique au stress peut être tellement violente qu’ils peuvent s’auto-intoxiquer en sécrétant des toxines internes, qui causent des crampes et qui les amènent à mourir à petit feu, ajoute l'administration municipale.

La Ville de Longueuil précise s’être inspirée d’expériences vécues ailleurs dans le monde, dont celle de Salt Lake City, aux États-Unis, qui a déplacé des bêtes dans le cadre d'un projet pilote. Plus de 50 % des cerfs mourraient à petit feu, parce qu’ils n’étaient pas adaptés aux changements et qu’ils s’étaient causé eux-mêmes des blessures lors du déplacement, précise la Ville.

Selon la municipalité, la surpopulation de cerfs au parc Michel-Chartrand apporte des enjeux de protection du territoire et de cohabitation harmonieuse, en plus de mettre à risque l'espèce.

47 600

Selon le ministère des Forêts, des Faunes et des Parcs, 47 600 cerfs de Virgine ont été tués au cours de l'année 2019 à la suite des activités de chasses au Québec.

Ce nombre inclut également les réserves fauniques.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !