•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le temps des Fêtes sera bien différent cette année en C.-B.

Décorations de Noël extérieures illuminées.

Selon la Dre Bonnie Henry, le père Noël serait immunisé contre la COVID-19, mais les Britanno-Colombiens devront tout de même s'attendre à célébrer le temps des Fêtes différemment cette année.

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Cloutier

Avec le temps des Fêtes qui débute dans un peu plus d’un mois, les autorités sanitaires de la Colombie-Britannique observent les données liées à la propagation de la COVID-19 afin de déterminer comment se passeront les célébrations cette année.

La médecin hygiéniste en chef de la Colombie-Britannique, Bonnie Henry, affirme toutefois que le temps des Fêtes sera différent cette année et que les gens ne devraient pas s’attendre à pouvoir se rassembler en famille ou entre collègues.

Il y a de l’espoir. Nous aurons Noël, mais ce sera différent.

Une citation de :Bonnie Henry, médecin hygiéniste en chef de la Colombie-Britannique

Il n’y aura pas de vaccin qui sauvera la situation d’ici Noël. Il n’y a rien que nous puissions faire pour que tout cela [la pandémie] s’efface, dit-elle.

La Colombie-Britannique continue d’enregistrer une importante augmentation du nombre de cas de COVID-19, et sa nouvelle modélisation des données sur la propagation du virus suggère que le nombre de cas doublera toutes les deux semaines environ.

Beaucoup de Britanno-Colombiens célébreront Diwali, le festival de la lumière, le 14 novembre, alors que la population de la région métropolitaine de Vancouver et de la vallée du Fraser est toujours soumise à des restrictions plus strictes qui empêchent tout rassemblement entre personnes n'étant pas dans le même ménage.

Il y a beaucoup de petites choses que nous pouvons faire pour nous aider à nous en sortir […] Nous pouvons trouver des manières de rester en sécurité et de protéger les aînés. Oui, nous pouvons les voir, mais nous ne pouvons pas être ensemble de la même manière, explique la médecin hygiéniste en chef.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Selon la Dre Henry, les célébrations permises à Noël varieront selon le taux de propagation communautaire dans la province, mais cela n’empêchera pas le père Noël de faire sa tournée.

Je pense que le père Noël est immunisé et nous allons voir comment nous pouvons lui faciliter la tâche, ajoute-t-elle.

[Le père Noël] devra se laver les mains souvent. Il ne mangera probablement pas de biscuits et ne boira pas de lait dans chaque maison, mais nous trouverons un moyen pour que tout cela fonctionne.

Une citation de :Bonnie Henry, médecin hygiéniste en chef de la Colombie-Britannique

La médecin hygiéniste en chef n’exclut aucune mesure pour contrer la deuxième vague de COVID-19 dans la province, notamment la possibilité de prolonger le congé des Fêtes pour les enfants, si les circonstances l’exigent.

Nous essayons d’utiliser les données que nous avons au sujet des endroits où le virus se propage et sur la façon dont il se propage pour nous aider à déterminer ce que nous devrons faire dans les prochains mois en attendant une immunisation, conclut Bonnie Henry.

Les célébrations à Prince George

À Prince George, le Cercle de Canadien français prépare sa fête de Noël de manière bien différente, cette année. La fête aura lieu en extérieur en plus petits groupes et n’aura probablement pas l’ampleur habituelle, explique la coordonnatrice administrative, Sarah Maurice.

Ce n’est pas simple du tout, mais on fait comme tout le monde, on s’adapte, on a changé plusieurs fois d’idée, on a un comité culturel […] on essaie de faire quand même quelque chose pour que nos membres ne se sentent pas abandonnés, dit-elle.

L’association prévoit déjà son festival d’hiver, un événement d’une semaine à la fin de janvier qui pourrait également prendre des airs différents si la pandémie de COVID-19 ne s'apaise pas d’ici là.

Le plus important, c’est vraiment de montrer qu’on est présent, que ce soit en ligne ou en personne. L’important, c’est de montrer qu’on fait tout pour garder le contact, même si le contact visuel, c’est ça le plus important, résume Sarah Maurice.

Avec des informations d'Hélène Bardeau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !