•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le bilan du passage de Vamco passe à 27 morts aux Philippines

Un homme transporte une télévision dans l'eau, qui monte plus haut que sa taille.

Les rues sont inondées à Marikina City, en banlieue de Manille.

Photo : afp via getty images / Ted Aljibe

Agence France-Presse

Le typhon Vamco qui a frappé les Philippines a fait 27 morts, selon les chiffres de la Défense civile publiés vendredi, alors que de nombreuses régions de l'archipel ont subi d'importantes inondations.

Le bilan pourrait s'alourdir, car les agences chargées des secours vérifient encore les causes de certains décès. La police nationale a fait état de 42 morts.

Des pluies torrentielles se sont abattues lors du passage du typhon, le troisième à frapper les Philippines en autant de semaines, provoquant d'importantes inondations notamment à Manille et dans plusieurs provinces limitrophes de la capitale.

Des habitants ont dû se réfugier sur les toits et les balcons. Beaucoup ont dû évacuer leurs logements.

Avec la décrue, les gens ont commencé à regagner leurs domiciles pour évaluer l'étendue des dégâts.

À Marikina City, un des quartiers les plus durement touchés de la capitale, des machines à laver, des téléviseurs, des meubles et des vélos couverts de boue s'entassaient dans les rues alors que les habitants s'employaient à balayer les débris.

Des centaines de milliers de foyers étaient toujours privés d'électricité sur l'île de Luçon, la plus peuplée de l'archipel, frappée mercredi et jeudi par le typhon Vamco qui a entraîné des glissements de terrain, provoqué des chutes d'arbres et coupé des routes.

Les autorités souhaitent mettre en place des dispositifs de distribution de nourriture et de produits de première nécessité aux victimes qui, pour la plupart, ont déjà été touchées par les précédents typhons Molave et Goni. Ces derniers ont fait des dizaines de morts, détruit des dizaines de milliers de maisons et privé d'électricité pour des semaines des régions entières du pays.

Des gens marchent dans la boue et les débris.

Des gens marchent dans la boue et les débris alors qu'ils reviennent pour récupérer leurs effets personnels dans le village de Kasiglahan, aux Philippines, le vendredi 13 novembre 2020.

Photo : Associated Press / Aaron Favila

Gestion politique critiquée

Défendant l'action de l'exécutif au cours de la dernière catastrophe, le porte-parole du président, Harry Roque, a affirmé que le gouvernement avait agi rapidement.

Malheureusement, nous n'avons rien pu faire contre la montée trop rapide des eaux... mais nous avons fait en sorte que personne ne soit oublié, a-t-il estimé.

Selon les autorités beaucoup de personnes ont ignoré les ordres d'évacuation et ont été prises au piège lors de la brusque montée des eaux.

La police, les soldats et les gardes-côtes ont été déployés pour aider les secours, utilisant notamment des embarcations pour atteindre les milliers de personnes bloquées.

Les opérations ont été compliquées par la pandémie.

Les graves inondations qui ont frappé Manille et la province voisine de Rizal rappellent celles qui avaient sévi en 2009, lors du passage du typhon Ketsana, qui avait fait des centaines de victimes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !