•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Faut-il oublier les célébrations de Noël?

Sapin naturel avec boules, lumières et patins décoratifs.

Les Canadiens devront modifier leur façon de célébrer Noël cette année, en raison de la pandémie de COVID-19, affirment les experts.

Photo : Radio-Canada / Brigitte Dubé

Radio-Canada

Avec la multiplication des cas de COVID-19 au Canada, les experts et les élus sont partagés sur la question des rassemblements de Noël.

L'Ontario a atteint jeudi un sommet de 1575 nouveaux cas de coronavirus et les dernières projections de modélisation du gouvernement font état, faute de restrictions supplémentaires, de 6500 cas par jour d'ici la mi-décembre.

C'est plus que les taux d'infection par habitant recensés actuellement au Royaume-Uni ou en France, qui ont imposé un reconfinement.

À moins d'un changement de cap de la part du gouvernement de Doug Ford, la probabilité que les infections soient en déclin d'ici Noël est « très, très faible », selon l'épidémiologiste et professeure à l'Université de Toronto Ashleigh Tuite.

Le virus ne va pas simplement cesser lui-même de se propager pour que les choses aillent bien d'ici la fin décembre.

Ashleigh Tuite, professeure à l'École de santé publique Dalla Lana, à l'Université de Toronto

Nombre d'autres experts et l'Association médicale de l'Ontario pressent la province d'agir immédiatement, pour éviter des débordements dans les hôpitaux cet hiver avec la grippe.

En entrevue à CP24, le premier ministre Ford s'est dit « complètement choqué » par les projections de modélisation, mais il n'a pas annoncé de nouvelles restrictions. On va voir, il reste encore plus d'un mois, j'ai confiance dans les Ontariens, a-t-il affirmé.

Même son de cloche de la part du médecin hygiéniste en chef de l'Ontario, le Dr David Williams. Si tous les Ontariens font ce qu'ils doivent faire, on peut faire baisser les cas, a-t-il dit en point de presse, jeudi.

Situation difficile au Québec et au Manitoba

Au Québec, le premier ministre François Legault a prévenu jeudi que « les prochaines semaines vont être tough ».

Il envisage même de fermer les écoles temporairement pour freiner la propagation de la COVID-19.

Le Québec a recensé 1365 nouveaux cas et ajouté 42 décès à son bilan jeudi.

Selon ce que Radio-Canada a appris plus tôt cette semaine, le gouvernement Legault étudierait la possibilité de permettre de petits rassemblements de deux ménages durant les Fêtes.

Au Manitoba, qui est en niveau d'alerte rouge, le médecin en chef Brent Roussin répète ceci : Restez à la maison, n’ayez de contact qu’avec des personnes qui vivent chez vous et n’essayez pas de contourner cette recommandation.

Une nouvelle approche?

La neuroscientifique et vulgarisatrice populaire dans les médias sociaux Samantha Yammine dit que les restrictions traditionnelles ne fonctionnent plus.

À ce stade-ci, se faire dire : "Vous ne pouvez pas faire ceci, vous ne pouvez pas faire cela" et ce genre de communication fondée sur l'abstinence n'est pas efficace, surtout pas pour la période des Fêtes.

Samantha Yammine, vulgarisatrice scientifique

Selon elle, les autorités de la santé publique devraient suggérer plutôt à la population des façons d'avoir de petits rassemblements à faible risque.

Si c'est à l'intérieur, dit-elle, les gens devraient s'assurer entre autres de porter un masque, de respecter l'écart sanitaire et d'ouvrir les fenêtres, même par temps froid.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !