•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'achat de Clearwater risque d’attiser le conflit de pêche, selon des pêcheurs

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Des boîtes de homard prêtes à être expédiées.

Clearwater Seafoods est la plus grande entreprise de mollusques et de crustacés en Amérique du Nord.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L'achat du transformateur de fruits de mer Clearwater Seafoods à parts égales par des communautés micmaques de la Nouvelle-Écosse et l’entreprise Premium Brands de la Colombie-Britannique est salué par les gouvernements, mais il ne fait pas l'unanimité chez les pêcheurs.

L'annonce de lundi est saluée par la ministre des Pêches et des Océans du Canada, Bernadette Jordan, qui y voit un premier pas vers un partenariat et un rapprochement entre les communautés autochtones et l'industrie commerciale des fruits de mer.

Jeudi, le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Stephen McNeil, a ajouté que c'était positif pour accroître les compétences des Micmacs dans l'industrie.

La communauté micmaque de Sipekne'katik, dont la pêche de subsistance au homard a récemment mené à des conflits avec des pêcheurs non autochtones, a exprimé son intérêt pour participer à l'achat de Clearwater, avec les communautés de Membertou au Cap-Breton et de Miawpukek à Terre-Neuve-et-Labrador.

C'est une occasion économique pour améliorer notre sort, avance le chef de Sipekne'katik, Mike Sack.

Mike Sack donne une conférence de presse.

Le chef de Sipekne'katik, Mike Sack, croit que l’achat de Clearwater va appuyer le développement économique des communautés autochtones.

Photo : Radio-Canada

Mais M. Sack précise que cette participation à l'industrie commerciale resterait distincte de la pêche de subsistance, qui demeure une source de conflits avec des pêcheurs non autochtones.

La vente risque d'aggraver les conflits, selon un groupe de pêcheurs

Le conflit sera exacerbé par l'achat de Clearwater par des Autochtones, croit Colin Sproul, de l'Association des pêcheurs côtiers de la baie de Fundy.

Il avance que les pêcheurs côtiers méprisent Clearwater à cause du contrôle que cette dernière exerce sur les prix et que l'entente entre l’entreprise et les Autochtones en temps de conflit est irresponsable.

Colin Sproul interviewé sur un quai.

Colin Sproul, de l'Association des pêcheurs côtiers de la baie de Fundy, prédit de nouvelles tensions si les Autochtones participent à l'achat de Clearwater Seafoods.

Photo : Radio-Canada

Gilles Thériault est convaincu du contraire. Il est responsable du développement chez le transformateur McGraw Seafood à Tracadie, au Nouveau-Brunswick. La communauté micmaque d'Elsipogtog a acheté cette entreprise en 2008.

Au début, les gens pensaient peut-être : "Ah, c'est tenu par des Autochtones, ça ne va pas marcher." Au contraire, maintenant, McGraw Seafood est un joueur important dans l'industrie du crabe des neiges dans la Péninsule acadienne et nous avons le respect de la communauté acadienne, affirme Gilles Thériault.

Il reste à voir si, en Nouvelle-Écosse, l'achat de Clearwater en partie par des communautés micmaques mènera au même genre de respect chez les pêcheurs non autochtones dont parle Gilles Thériault.

D’après un reportage de Paul Légère

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !