•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le BAPE sur GNL Québec reporte la date butoir pour l’envoi de rectificatifs

Denis Bergeron lors des audiences sur le projet Énergie Saguenay.

Le président du BAPE sur GNL Québec, Denis Bergeron.

Photo : Radio-Canada / Rémi Tremblay

Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Inondée de mémoires, la commission du Bureau des audiences publiques sur l’environnement (BAPE) chargée d’analyser le projet de GNL Québec doit reporter la date butoir pour lui faire parvenir des rectificatifs.

L’échéance est repoussée au 27 novembre, plutôt que le 13 novembre, compte tenu du délai nécessaire pour la mise en ligne des mémoires. Sur quelque 2250 reçus, environ 1000 avaient été rendus disponibles sur le site internet du BAPE à 17 h 30 jeudi. À titre comparatif, même s’il s’agit de projets bien différents, la commission du BAPE chargée d’analyser le projet de tramway à Québec n’a reçu que 184 mémoires.

Avant toutes les séances, tenues virtuellement entre le 26 octobre et le 4 novembre, le président de la commission, Denis Bergeron, a rappelé que toute partie désireuse de rectifier des faits jugés erronés dans un mémoire était libre de le faire. Ces rectificatifs doivent être soumis par écrit.

Ce droit de rectification sert à rectifier des faits et non à se prononcer sur les opinions émises. De tels compléments d’information doivent être faits dans le respect de tous les participants et ne pas être susceptibles de provoquer de débat. La commission se réserve le droit de refuser un rectificatif qui ne respecterait pas les règles , peut-on lire dans un communiqué diffusé par le BAPE jeudi.

Un projet industriel majeur

Le projet de construction d’un complexe de liquéfaction de gaz naturel au port de Grande-Anse, à La Baie, fait réagir aux quatre coins du Québec. La compagnie veut utiliser du gaz naturel provenant de puits en Alberta et en Colombie-Britannique, l’acheminer à Saguenay par gazoduc pour le liquéfier pour l’exporter à hauteur de 11 millions de tonnes par année. S’il se réalise, le projet Énergie Saguenay serait le plus important projet industriel privé de l’histoire du Québec.

Les deux commissaires mandatés par le BAPE pour analyser le projet d’usine par GNL Québec doivent, en théorie, remettre leur rapport au ministre de l’Environnement, Benoît Charrette, à la mi-janvier. Il n’a pas été possible de savoir si le nombre faramineux de mémoires soumis aura un impact sur la date de dépôt du rapport.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !