•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le moulin Daybreak, pour l'amour de l'agriculture biologique

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Vincent et Nicole sur leur ferme. Vincent tient Charles dans ses bras.

Vincent, Nicole et leur fils Charles, né cet été.

Photo : Radio-Canada / Nicole Lavergne Smith

Près de North Portal, dans le sud-est de la Saskatchewan, un moulin à farine biologique Daybreak Mill cultive, nettoie, broie et transforme une grande variété de grains, farines et céréales biologiques. Il s'agit du fruit du travail passionné de la propriétaire, Nicole Huriet, dont l'amour de l'agriculture biologique est profondément ancré en elle.

La propriétaire, Nicole Huriet, et son conjoint, le Fransaskois Vincent Huriet, charpentier de profession, veulent faire ce qu’ils peuvent pour prendre soin de la terre.

Ça va durer beaucoup plus longtemps que notre vie alors il faut qu’on prenne soin de notre terre pour les enfants du futur.

Vincent Huriet

Cela fait plus de 100 ans que la famille de Nicole Huriet possède cette ferme près des États-Unis.

Inutile de dire que l’agriculture est dans son sang. Prendre soin de la terre est très important pour moi. L'agriculture m'a vraiment permis d'approfondir mon lien avec la nature. Je veux prendre soin de la terre pour qu'elle fournisse de la nourriture saine.

La naissance de leur fils Charles l'été dernier a donné à Nicole et Vincent une raison supplémentaire pour respecter l'environnement, disent-ils.

Une photo du panneau pour le Daybreak Mill.

Le Daybreak Mill est situé à quelques kilomètres de la frontière des États-Unis.

Photo : Radio-Canada / Nicole Lavergne Smith

De père en fille

Les racines de l'agriculture biologique de la propriétaire de l'usine, Nicole Huriet, sont profondes.

Le père de Nicole est agriculteur biologique et elle a toujours cru en cette façon de travailler. Elle a beaucoup appris de lui sur l’entretien du sol. Actuellement, ils partagent la ferme.

Au Canada, seulement 1,5 % des terres agricoles sont biologiques selon l'Association pour le commerce biologique du Canada. Entourés de fermes qui dépendent des produits chimiques pour faire leur travail, Nicole et son père travaillent à contre-courant.

En 2012, à l’âge de 25 ans, elle prend les rênes du Daybreak Mill, un moulin à farine biologique où elle était employée. Elle est devenue la troisième propriétaire de l’entreprise.

Regard vers l’avenir

Nicole Huriet aimerait éventuellement faire de l'agriculture biologique régénératrice, une façon de faire qui permet de renverser les changements climatiques en utilisant d’autres méthodes de production.

Avant de se lancer dans ce projet, la nouvelle mère veut continuer à se concentrer sur ce qu'elle considère comme sa plus belle réalisation, son fils Charles, ce qu'elle peut faire car elle est bien entourée par un conjoint dévoué et une équipe solide qui veille au grain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !