•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un jeu de société gatinois conçu par des mordus... de jeux vidéo

Une planche de jeu colorée disposée sur une table et des mains qui y jouent.

Le jeu de société « 8-Bit Splatch » fait un clin d'oeil assumé au graphisme de la console Nintendo des années 1980.

Photo : Radio-Canada

Martin Boulay-Ouellet et Louis-Charles Poulin, amis de longue date, ont fusionné leur passion pour les jeux vidéo et de société en concevant 8-Bit Splatch. Les Gatinois comptent désormais sur le sociofinancement pour concrétiser un rêve d’enfance : lancer leur propre jeu de société.

8-Bit correspond à la qualité des graphiques sur l’ancienne console Nintendo NES des années 1980. Et Splatch fait écho au bruit produit par une balle de peinture lorsqu’elle explose sur sa cible.

Le principe de 8-Bit Splatch rappelle une partie de capture du drapeau  : deux équipes concurrentes essaient de ramener le drapeau ennemi dans leur forteresse. Ici, les personnages se déplacent sur la planche en tentant d’accomplir leur mission sans se faire éliminer par les balles de peinture de l’adversaire.

Le jeu de société gatinois est adapté pour 2 ou 4 joueurs, âgés de 6 ans et plus.

Martin Boulay-Ouellet et Louis-Charles Poulin ont conjugué l’univers du paintball à la nostalgie des premiers jeux vidéo pour développer le concept artistique de leur planche.

On n’avait aucune expérience dans le domaine à part d’être des fans finis de jeux de société et de jeux vidéo, explique le concepteur graphique, Martin Boulay-Ouellet. On a pris tous les petits éléments que nous aimions, puis on a mis ça [ensemble].

C’est comme un rêve de petits garçons!

Martin Boulay-Ouellet, coconcepteur du jeu « 8-Bit Splatch »

Ce dernier a imaginé les personnages et développé lui-même l’identité visuelle de 8-Bit Splatch sur ordinateur. L’illustrateur en herbe avoue en riant qu’il a fait ses premiers dessins sur Microsoft Paint avant de découvrir qu’il existait des programmes adaptés au design graphique.

J’ai tout appris au fur et à mesure, avec ce jeu-là, et ça donne quelque chose de très beau. J’ai eu plein de commentaires positifs, se réjouit-il.

Un homme devant ses écrans d'ordinateur.

Martin Boulay-Ouellet a conçu les graphiques de son jeu de société.

Photo : Radio-Canada

Un marché difficile à percer

Martin Boulay-Ouellet croit qu’une combinaison gagnante doit être à la fois attrayante et unique. C’est un marché contingenté et il y a beaucoup de monde qui essaie de se lancer, reconnaît-il.

Ce dernier peaufine ainsi le jeu de société avec Louis-Charles Poulin depuis 2014. Avec le temps, les amis d’enfance ont entre autres simplifié certains règlements et amélioré quelques composantes.

Avec la pandémie, on s’est dit que les gens sont à la maison, ont besoin de se divertir. [...] On voulait offrir ça à notre communauté.

Martin Boulay-Ouellet, coconcepteur du jeu « 8-Bit Splatch »

Selon le duo, 8-Bit Splatch est fin prêt à être lancé.

La boîte d'un jeu de société.

Le prototype est prêt à être envoyé chez un manufacturier.

Photo : Radio-Canada

Les concepteurs ont mis sur pied une campagne de sociofinancement sur la plateforme Kickstarter, espérant amasser les 13 000 $ manquants pour réaliser leur rêve. L’argent servira à manufacturer le jeu, c'est-à-dire à produire des copies.

Martin Boulay-Ouellet et Louis-Charles Poulin voudraient d’abord que 8-Bit Splatch soit mis en vente chez les détaillants locaux de l’Outaouais. Ils n’excluent pas la possibilité de sonder le marché québécois ou même canadien si leur jeu est bien accueilli.

Avec les informations de Kevin Sweet

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !