•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : hôpitaux débordés et jusqu'à 6500 cas par jour projetés en Ontario

Des patients sur des lits d'hôpitaux dans un couloir.

Certains des plus grands hôpitaux de l'Ontario frôlent ou dépassent leur capacité d'accueil maximale, alors qu’une augmentation du nombre de nouveaux patients est attendue en raison de la grippe saisonnière et de la deuxième vague de COVID-19. (archives)

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Nicolas Haddad

Les dernières projections de modélisation sur la COVID-19 en Ontario ont révélé que les principaux indicateurs de la pandémie continuaient de s’aggraver, même si les effets varient d'une région de l’Ontario à l'autre.

L'Ontario pourrait atteindre entre 2500 et 6500 nouveaux cas de COVID-19 par jour d'ici la mi-décembre et ses hôpitaux pourraient être engorgés dans les prochaines semaines si le statu quo était maintenu dans la province, prévient le coprésident de la table de consultation scientifique sur la COVID-19 de l'Ontario, le Dr Adalsteinn Brown.

La province avait précédemment projeté 1200 nouveaux cas à la mi-novembre, un chiffre largement dépassé cette semaine. Aujourd'hui, l'Ontario a établi un record de cas quotidiens depuis le début de la pandémie avec 1575 nouveaux cas confirmés.

Le Dr Adalsteinn Brown.

Le Dr Adalsteinn Brown a présenté ses dernières projections de modélisation de la COVID-19 en Ontario à Queen's Park, jeudi.

Photo : Radio-Canada

Le Dr Brown rapporte que le taux de mortalité des résidents des foyers de soins de longue durée augmente chaque semaine. Selon ses chiffres, l’Ontario a connu 71 décès dans ses foyers de soins de longue durée au cours des sept derniers jours.

Le taux de croissance est à la hausse

Le Dr Adalsteinn Brown a aussi indiqué que le taux de croissance moyen des sept derniers jours était actuellement d'environ 4 %, mais que, depuis trois jours, le taux de croissance de nouveaux cas du virus en Ontario était de 6 %.

Si cette tendance se maintient, elle se traduirait par 6500 nouveaux cas par jour en Ontario d'ici la mi-décembre.

Deux personnes marchent dans une rue déserte.

Si elle reste sur ses tendances actuelles, l'Ontario est en voie de dépasser de nombreux pays européens qui ont mis en place des mesures restrictives similaires.

Photo : AP / Alvaro Barrientos

Selon les modèles du gouvernement ontarien, un taux de croissance de 5 % ferait que l’Ontario connaîtrait plus de cas par 100 000 habitants que certains pays européens avec des restrictions similaires, comme le Royaume-Uni, l’Allemagne et la France.

Un taux de croissance de 5 % est un scénario ''optimiste'', a déclaré le Dr Brown. Ce dernier estime que des restrictions supplémentaires sont nécessaires pour éviter de tels scénarios.

Si l'objectif est de réduire le nombre de cas et de réduire les répercussions sur le système de santé, alors oui [des restrictions sont nécessaires], a-t-il indiqué en point de presse, jeudi.

Les hôpitaux à deux semaines d'être débordés

Le Dr Brown a aussi tiré la sonnette d'alarme quant au taux d’occupation des unités de soins intensifs des hôpitaux ontariens, qui dépassera selon lui le seuil de 150 lits occupés par des patients atteints de la COVID-19 d’ici deux semaines.

Si la durée moyenne du séjour à l'hôpital pour les cas de COVID-19 a légèrement diminué, 150 lits est le seuil auquel nous devons annuler les chirurgies, a expliqué le Dr Adalsteinn Brown, qui souligne que selon ses modèles, la province connaîtra des difficultés importantes à faire traiter les personnes en cas d'urgence sanitaire.

Dans le pire des scénarios, le taux d’occupation des unités de soins intensifs dépasserait 400 lits d’ici six semaines.

Des ambulanciers portent secours à une personne allongée dans une ruelle.

Des ambulanciers portent secours à une personne allongée dans une ruelle. (archives)

Photo : CBC / Ben Nelms/CBC

Selon lui, la pandémie aura aussi des conséquences importantes sur la santé mentale des Ontariens — un problème qui se manifeste déjà à travers le nombre de décès dus à des surdoses.

En moyenne, 34 décès par semaine sont survenus au cours des 3,5 mois précédant la pandémie. Ce chiffre est passé à 46 décès par semaine au cours des 3,5 premiers mois de la pandémie (soit une augmentation de 38 %). Nous ne devons pas nous attendre à ce que la situation s'améliore après la pandémie, a-t-il écrit dans un document parvenu aux médias pour accompagner sa présentation des dernières modélisations.

Les modélisations inquiètent un professionnel de la santé

Un immeuble brun

L'Hôpital Michael Garron, dans l'est de la ville de Toronto.

Photo : Radio-Canada / Ed Middleton/CBC News

Selon le Dr Michael Warner, qui travaille à l'Hôpital Michael Garron, à Toronto, les scénarios modélisés auront des conséquences graves pour le système de santé ontarien.

D'abord, il prévoit que l'accès aux équipements de soins intensifs sera rationné.

Ça va forcer des annulations importantes de chirurgies, de tests diagnostiques, à peu près toutes les activités non liées à la COVID.

Dr Michael Warner, médecin à l'Hôpital Michael Garron

Quant à l’écart entre les modélisations du Dr Brown et les mesures prises par la province, il dit avoir l'impression que le premier ministre Ford et le médecin hygiéniste en chef de la province, le Dr David Williams, sont sur une île et prennent des décisions de manière indépendante.

Les décisions qu'ils prennent n'ont absolument aucun sens.

Dr Michael Warner, médecin à l'Hôpital Michael Garron

À moins que quelque chose ne change, notre avenir est extrêmement sombre. Même si nous apportons des changements maintenant, il faudra un certain temps pour que ces changements aient des effets. Nous avons besoin de repenser notre direction et notre réponse à la pandémie immédiatement.

Avec des informations de Lauren Pelley de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !