•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Attaque au camion-bélier : Alek Minassian est autiste, selon un expert

La Couronne réclame de la défense la vidéo qui a servi à établir un tel avis médical.

Des agents menottent Alek Minassian, auteur présumé de l'attaque de Toronto, contre une voiture.

Alek Minassian a été arrêté vivant grâce au sang-froid d'un policier qui avait refusé de lui tirer dessus.

Photo : Twitter / Clark Hua Zhang

Jean-Philippe Nadeau

Premier obstacle au procès d'Alek Minassian, qui a repris jeudi matin à Toronto de façon virtuelle : la Couronne réclame des enregistrements vidéo de la défense dont elle a récemment appris l'existence et qui ont permis à un expert d'établir un avis au sujet de la santé mentale de l'accusé.

Alek Minassian a plaidé la non-responsabilité criminelle relativement à l'attentat au camion-bélier de 2018 à Toronto.

L'individu de 28 ans a déjà avoué son crime à la police après l'attentat qui a fait 10 morts et 16 blessés dans le nord de la métropole.

Un expert de la défense a révélé jeudi matin que l'accusé fait preuve d'un comportement autistique et non psychotique, mais que sa façon de penser ressemble davantage à celle d'un individu en état de psychose. Tel est l'avis du Dr Westphal qui a récemment interrogé à la caméra Alek Minassian à la prison.

C'est la première fois que la santé mentale d'Alek Minassian est mentionnée, puisqu'il avait refusé de révéler lors de l'interrogatoire de police s'il prenait des médicaments à l'époque de l'attentat.

Le portrait d'un homme

Alek Minassian, l'auteur présumé de l'attaque au camion-bélier.

Photo : LinkedIn

Le procureur Joseph Callaghan dit n'avoir pris connaissance de cette vidéo que la semaine dernière. La Couronne aimerait donc l'obtenir pour contre-interroger cet expert, parce que les vidéos sont plus pertinentes que les notes qu'elle a reçues de la défense à ce sujet.

La Couronne et la défense se sont échangé avant le procès tous les documents écrits des entrevues que chaque partie a réalisées avec leurs experts respectifs.

Dessin du procureur de la Couronne.

Le procureur de la Couronne, Joseph Callaghan.

Photo : Radio-Canada / Pam Davies

La défense a toutefois refusé de céder l'enregistrement vidéo qui a permis au Dr Westphal d'en arriver à une telle conclusion.

Dans sa requête à la juge, Me Callaghan ajoute la vidéo est importante, puisqu'Alek Minassian ne témoignera pas à son procès. Nous avons donc besoin d'avoir une vue complète de tout ce qu'il a dit au Dr Westphal, dit-il.

Dessin de cour.

Alek Minassian, à gauche, et à droite la juge, Anne Molloy de la Cour supérieure de l'Ontario.

Photo : Radio-Canada / Pam Davies

L'avocat de la défense, Boris Bytensky, rétorque qu'il serait inapproprié que la Couronne contre-interroge à ce moment-ci le Dr Westphal au sujet de ce que ses entrevues lui ont révélé.

La défense souligne qu'elle ignore encore si elle comptait appeler le Dr Westphal à la barre du procès. Mon client perdra le privilège de ne pas appeler notre expert lorsque viendra le temps de plaider à notre tour, si la Couronne obtient la vidéo à l'avance, précise-t-il.

Un dessin de l'avocat de la défense.

L'avocat de la défense, Boris Bytensky.

Photo : Radio-Canada / Pam Davies

Me Bytensky rappelle que les procès sont imprévisibles et qu'il est préférable dans l'intérêt de son client que la Couronne n'obtienne pas la vidéo pour garantir l'impartialité du procès.

La défense craint en outre que la Couronne ne se serve de l'enregistrement pour d'autres raisons.

Décision de la magistrate

La juge a tranché la poire en deux après avoir entendu les arguments des deux parties. Elle ordonne à la défense de remettre à la Couronne la vidéo en question mais seulement lorsqu'elle consentira à citer son expert à témoigner dans les prochaines semaines.

Étant donné que le père de l'accusé doit témoigner dès lundi pour la défense, la Couronne sera en droit d'obtenir les vidéos dans lesquelles le Dr Westphal a interrogé les membres de la famille Minassian.

dessin d'illustratrice judiciaire de la juge

La juge Anne Molloy écoute attentivement les plaidoiries sur la plateforme Zoom.

Photo : Radio-Canada / Pam Davies

Ces enregistrements pourraient être utiles, si le père d'Alek Minassian se contredit par rapport à ce qu'il a révélé au Dr Westphal, précise Me Callaghan.

La Couronne a par ailleurs révélé pour la première fois qu'elle n'appellerait aucun témoin à charge lors du procès.

La défense envisage pour sa part d'appeler au moins 4 témoins (5 avec le Dr Westphal, ndlr). Parmi ces témoins : le père de l'accusé, un pédiatre et deux psychiatres.

Autres déclarations communes

Me Callaghan avait, plus tôt dans la matinée, présenté une autre déclaration commune sur les faits incontestables au procès, cette fois sur le groupe incel.

Couronne et défense s'entendent donc sur la nature du mouvement incel : un groupe issu de la sous-culture des abstinents involontaires, explique le procureur.

Me Callaghan ajoute que les incels sont des hommes qui reprochent à certains hommes (les Chads) et femmes (les Staceys) le fait qu'ils n'arrivent pas à perdre leur virginité.

Capture d’écran montrant deux hommes assis l’un en face de l’autre dans une salle.

Alek Minassian, en haut, a été interrogé par le détective Robert Thomas, de la police de Toronto, quelques heures après l'attaque au camion-bélier le soir du 23 avril 2018.

Photo : capture d'écran

La Couronne a par la suite présenté à la cour une troisième déclaration commune, cette fois sur les mandats de perquisition au domicile de l'accusé et sur la liste de tous les appareils électroniques qui y ont été saisis.

Elle soumet comme pièce à conviction une liste les 29 outils et appareils électroniques qui ont été confisqués dans la chambre de l'accusé ainsi que des fichiers d'ordinateur (des documents et une vidéo faite maison).

Les recherches de la police dans les appareils électroniques du prévenu montrent qu'il avait fait des recherches sur Elliot Rodgers, le fondateur présumé du groupe incel.

La Couronne a expliqué à la cour qu'il ne lui restait qu'à soumettre la quatrième et dernière déclaration commune à la reprise du procès lundi prochain (la cour ne siège pas les vendredis, ndlr).

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !