•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Legault envisage de fermer les écoles temporairement

« Les prochaines semaines vont être tough », prévient le premier ministre.

François Legault s'adresse aux médias.

Le reportage de Jean-Philippe Robillard

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Alors que le coronavirus gagne du terrain en Amérique du Nord, le premier ministre François Legault dit examiner la possibilité de fermer les écoles pour une « période définie » pour tenter de contenir davantage l'épidémie.

Soulignant les efforts faits par les Québécois jusqu'ici, M. Legault a expliqué que la détérioration de la situation observée dans les États du nord des États-Unis ainsi qu’en Europe ne laisse rien présager d’encourageant pour les semaines à venir, même si le Québec s’en sort assez bien.

« Je ne vous cacherai pas que les prochaines semaines vont être tough [dures] pour les Québécois. »

— Une citation de  François Legault, premier ministre du Québec

On a une deuxième vague mondiale très très forte et on a une deuxième bataille à livrer, a prévenu le premier ministre, qui a fait état de statistiques préoccupantes autant au pays que chez nos voisins.

Fermeture éventuelle des écoles

Aux prises avec un niveau de propagation croissant dans les écoles où 1174 classes sont actuellement fermées en raison de la présence de cas de COVID-19, dont 324 au cours des deux derniers jours, François Legault a déclaré que des mesures s'imposaient dans les établissements scolaires.

Parmi les solutions qui s'offrent à lui, le gouvernement étudie la possibilité de fermer les écoles pour une durée limitée pour tenter de ralentir la propagation du virus dans ces établissements qui affichent actuellement le taux de propagation le plus élevé au Québec après les milieux de travail.

« J’ai demandé qu’on regarde la possibilité de fermer les écoles pour une période bien définie.  »

— Une citation de  François Legault, premier ministre du Québec

Le premier ministre a par ailleurs ajouté que l'idée de devancer ou de prolonger le congé scolaire des Fêtes faisait partie des scénarios étudiés présentement, martelant au passage que rien n'avait encore été décidé.

Si ce scénario se concrétisait, l'année scolaire pourrait être prolongée en juin et même en juillet au besoin, a précisé M. Legault. Des discussions avec les syndicats d'enseignants sont prévues à ce sujet au cours des prochains jours.

En ce qui a trait aux problèmes d'organisation familiale importants auxquels les parents du Québec devraient faire face si les écoles devaient être à nouveau fermées, le gouvernement assure qu'il avisera les citoyens de ses intentions le plus longtemps possible à l'avance, compte tenu de l'évolution de la situation.

En entrevue au Téléjournal, le ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge, a lui aussi évoqué cet aspect en énumérant quelques-uns des facteurs dont le gouvernement doit tenir compte dans sa réflexion.

Il y a des impacts sur la vie des familles si jamais on va dans cette direction-là, évidemment, pour les jeunes du primaire qui ne peuvent pas rester seuls à la maison, a-t-il dit. Et bien sûr, des impacts pédagogiques. [C’est une] question de santé mentale aussi : les jeunes ont besoin de voir leurs amis, ont besoin de socialiser, ont besoin d’avoir un contact direct avec les enseignants.

En même temps, il faut casser la vague, a convenu le ministre Roberge. Il y a une hausse qui est inquiétante, c’est préoccupant.

« On évalue ça sérieusement puis on attend les recommandations de la santé publique. C’est sur la table, mais je vous le dis : la question n’est vraiment pas tranchée à ce moment-ci. »

— Une citation de  Jean-François Roberge, ministre de l'Éducation

Sur le point de perdre le contrôle

Cette précision concernant la situation dans les écoles ne surprend pas la Fédération autonome de l’enseignement (FAE). Son président, Sylvain Mallette, croit que c’est la preuve que le gouvernement est sur le point de perdre le contrôle.

Ce n’est pas la première fois que le gouvernement est interrogé sur une possible prolongation du congé des Fêtes, mais c’est la première fois que le premier ministre confirme que cela fait partie des plans étudiés.

Le président de la FAE estime plutôt qu’il s’agit d’une façon détournée pour le gouvernement de reconfiner les écoles.

Si jamais ils vont de l’avant avec un congé plus long en janvier, ce ne doit pas être fait sur le dos des profs, ni des élèves, qui eux aussi sont épuisés par cette méthode d’enseignement qui est imposée, ajoute Sylvain Mallette.

À la Fédération des syndicats de l'enseignement (FSE-CSQ), la présidente Josée Scalabrini mentionne qu’à six semaines du début du congé des Fêtes, le gouvernement devrait en parler rapidement avec les syndicats.

Elle rappelle que son syndicat demande du temps pour les enseignants depuis plusieurs semaines, donc elle ne souhaite pas fermer la porte à ce congé prolongé.

Mais du dépistage rapide, ça on en veut, des purificateurs d’air, ça on en veut, des classes moins nombreuses aussi. Mais [sur] ce qu’on ne connaît pas, on ne peut pas encore se positionner, poursuit-elle.

Ventilation dans les classes

François Legault a tenu à préciser au passage que rien n'indiquait pour le moment à la santé publique qu'une ventilation inadéquate dans les classes soit à l'origine du taux élevé de contagion dans les écoles.

Le directeur de la santé publique, Horacio Arruda, a expliqué qu'aucune donnée n'indiquait pour le moment de lien évident entre la qualité de la ventilation et la propagation dans les écoles, même si ce type de transmission est possible.

« On n’a pas de documentation actuellement […] sur une école au Québec où il y a eu transmission par manque de ventilation. »

— Une citation de  Horacio Arruda, directeur national de la santé publique

La santé publique du Québec recommande actuellement aux établissements scolaires de s'assurer d'un entretien adéquat et sécuritaire de leur système de ventilation.

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, a néanmoins demandé à la santé publique de réévaluer la situation dans les écoles avec des experts indépendants pour savoir si des mesures supplémentaires doivent être prises.

COVID-19             : ce qu'il faut savoir

État des lieux

Le Québec a rapporté jeudi 42 décès supplémentaires et 1365 nouveaux cas de COVID-19 confirmés au cours des dernières 24 heures, ce qui porte à 119 894 le bilan total dans la province depuis le début de la pandémie.

Pour ce qui est des décès, 9 sont survenus dans les dernières 24 heures et 27 sont enregistrés entre le 5 et le 10 novembre, 2 sont survenus avant le 5 novembre et 4 autres ont eu lieu à une date inconnue.

Le bilan total des pertes de vie dues au coronavirus dans la province s'établit maintenant à 6557.

Le nombre d'hospitalisations a augmenté de 10 par rapport à la veille, pour un total de 583. De ce nombre, 86 sont traitées aux soins intensifs, soit 2 de plus que la veille.

Les efforts de dépistage se poursuivent pendant ce temps dans toute la province, où 30 533 tests ont été effectués le 10 novembre dernier.

Cela porte à 3 397 501 le nombre total des prélèvements effectués au Québec depuis le début de la pandémie.

COVID-19             : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !