•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : le vaccin de Medicago et GSK passe aux phases 2 et 3

30 000 volontaires dans le monde entier participeront aux essais cliniques de phase 3.

Une femme masquée reçoit un vaccin d'une infirmière.

30 000 volontaires dans le monde entier participeront aux essais cliniques de phase 3.

Photo : Courtoisie / Medicago

Après avoir obtenu des résultats positifs de la phase 1, Médicago et GSK lancent le début des essais cliniques de phase 2 et 3 du vaccin candidat, qui contiendra l'adjuvant à usage pandémique de GSK.

Les autorités gouvernementales du Canada ont donné leur accord pour les deux phases. Ces dernières visent à évaluer l'efficacité, l'innocuité et l'immunogénicité du vaccin expérimental mis au point par les deux entreprises.

Il s'agit du premier candidat-vaccin contre la COVID-19 sur lequel nous collaborons qui passe à l'étape des essais cliniques de phase 2/3 , explique Thomas Breuer, chef de la direction médicale, GSK Vaccins, dans un communiqué.

L'étude vise à confirmer que le vaccin combiné à l'adjuvant de GSK et administré avec deux doses à 21 jours d'intervalle montre un profil d'innocuité et une réponse immunitaire acceptable chez les adultes en santé de 18 à 64 ans et chez les gens âgés de 65 ans et plus.

Dans le scénario le plus optimiste, l'officier médical de Medicago, Brian J. Ward, estime que le vaccin pourrait être disponible pour les populations les plus à risque d'ici six mois. En étant raisonnable, ça prendra quelques mois avant d'avoir les résultats sur l'efficacité du vaccin. Peut-être que le plus vite pour notre vaccin, c'est début du printemps. Avril, c'est optimiste, mais c'est possible.

Des plantes poussent dans une usine.

La société québécoise Medicago fabrique des vaccins et des médicaments à partir de plantes.

Photo : Courtoisie / Medicago

Au Canada et aux États-Unis

La phase 2 est une étude randomisée à l'aveugle et contrôlée contre placebo, également appelé faux médicament. L'essai sera mené sur plusieurs sites au Canada et aux États-Unis auprès de sujets en santé de 18 à 64 ans et de personnes âgées de plus de 65 ans.

Chaque groupe d'âge comprendra 300 participants randomisés selon un rapport 5:1 pour recevoir respectivement le vaccin candidat ou encore le placebo, et selon un ratio 2:1 chez les adultes âgés de 65 ans et plus. Tous les sujets seront suivis pendant 12 mois après la dernière vaccination.

Thomas Breuer ajoute que son adjuvant permet une réduction de la quantité d'antigène nécessaire par dose de vaccin tout en induisant une forte réponse immunitaire. Nous sommes confiants d'être en mesure de développer en collaboration avec Medicago un vaccin efficace présentant un profil d'innocuité acceptable.

Une fiole contenant une dose de vaccin.

L'étude vise à confirmer que le vaccin combiné à l'adjuvant de GSK et administré avec deux doses à 21 jours d'intervalle montre un profil d'innocuité et une réponse immunitaire acceptable.

Photo : Courtoisie / Medicago

Qu’est-ce qu’un placebo?

Le placebo consiste en une préparation ayant l'apparence d'un médicament et ne comportant pas de substance active, mais capable toutefois de soulager les symptômes ressentis par un individu grâce à la production d'endorphines.

Phase 3

L'étude de phase 3 devrait commencer avant la fin de l'année 2020. Elle sera randomisée, à l'aveugle, contrôlée contre placebo.

Elle visera à mesurer l'efficacité et l'innocuité du vaccin candidat comparativement au placebo auprès de 30 000 volontaires en Amérique du Nord, en Amérique latine ou en Europe. Elle sera effectuée sur une population similaire ou élargie à la suite de l'autorisation des autorités réglementaires.

Au total, le Canada a des ententes concernant jusqu'à 378 millions de doses de différents vaccins candidats, plus que tout autre pays par personne.

Au total, le Canada a des ententes concernant jusqu'à 378 millions de doses de différents vaccins candidats, plus que tout autre pays par personne.

Photo : Radio-Canada

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !