•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La police cherche des informations sur une agression survenue au cimetière Mont-Royal

Des gyrophares d'une autopatrouille.

La police de Montréal recherche des informations sur une agression survenue le 28 septembre vers 8 h 30 dans le cimetière Mont-Royal.

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

La Presse canadienne

La police de Montréal déploie jeudi deux postes de commandement mobiles sur le mont Royal, dans le but de trouver le suspect d'une agression qui s'est produite le 28 septembre dernier vers 8 h 30 dans le cimetière Mont-Royal.

Selon ce que rapporte le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), un homme a agrippé une femme par l'arrière après l'avoir suivie pendant quelques instants. Le suspect a ensuite tenté de l'entraîner vers une aire boisée à proximité.

La victime s'est défendue et l'assaillant a quitté les lieux sans être identifié. Cependant, un portrait-robot a été réalisé.

L'homme serait âgé d'environ 25 à 30 ans, possiblement d'origine maghrébine. Il serait assez grand et de stature mince. Ses cheveux sont courts, foncés, luisant sur le dessus avec le toupet peigné vers l'avant.

Il affichait des favoris minces et une mince barbe non fournie.

Au moment de l'agression, le suspect portait un chandail noir à manches longues avec de petits motifs à carreaux, des jeans noirs ajustés, une longue chaîne de couleur argent et des lunettes rondes.

L'un des deux postes de commandement mobiles sera déployé devant les installations de la cavalerie du SPVM situées sur la voie Camillien-Houde. Le second sera stationné à proximité de l'intersection de l'avenue du Mont-Royal Est et de la voie Camillien-Houde.

Les gens qui ont des informations à transmettre à propos de cette affaire sont invités à se présenter à l'un des deux postes de commandement entre 8 h et 12 h jeudi.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.