•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : l'absence d'un système de ventilation dans des écoles inquiète en Outaouais

Une classe vide remplie de pupitres.

Certaines écoles n'ont pas de système de ventilation en Outaouais (archives).

Photo : CBC/Evan Mitsui

Radio-Canada

À l’approche de l’hiver, la ventilation dans les écoles soulève des inquiétudes, alors qu’on rapporte des cas actifs de COVID-19 dans le tiers des établissements scolaires du Québec.

Le débat s’est invité à l’Assemblée nationale, mercredi, et a eu des échos en Outaouais, où bon nombre d'écoles prennent de l’âge.

On sait que certaines écoles n’ont pas de système de ventilation. Elles ont seulement la possibilité d’ouvrir les fenêtres, rapporte Suzanne Tremblay, présidente du Syndicat de l’enseignement de l’Outaouais.

Il y a des inquiétudes de certains professeurs, parce que des fois, la fenêtre est très petite. On a été aussi avisés de quelques situations où les fenêtres ne s’ouvrent pas.

Suzanne Tremblay, présidente du Syndicat de l’enseignement de l’Outaouais

Dans la région, 9 établissements scolaires au sein des quelque 44 écoles du Centre de services scolaire des Portages-de-l'Outaouais (CSSPO) ne disposent pas d'un système de ventilation.

Suzanne Tremblay porte des boucles d'oreille et un collier

Suzanne Tremblay est la présidente du Syndicat de l'enseignement de l'Outaouais (archives).

Photo : Radio-Canada / Jonathan Dupaul

Dans les écoles où il y a une ventilation naturelle, on ouvre une fenêtre afin de faire circuler l'air convenablement dans les classes. Ça se fait soit très tôt le matin ou dans les recréations quand les élèves sont à l'extérieur, explique Mathieu Daoust, conseiller en communication par intérim au Centre de services scolaire des Draveurs (CSSD).

Un homme accorde une entrevue via vidéoconférence.

Mathieu Daoust, conseiller en communication par intérim au CSSD.

Photo : Radio-Canada

Une minorité d'écoles seraient dans la même situation au CSSD, a indiqué la direction.

L'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) recommande d'ouvrir les fenêtres pendant au moins 15 minutes, et ce, au moins quatre fois par jour en cette période de pandémie.

Mais la ventilation n'est toutefois pas l'enjeu principal face à la propagation de la COVID-19 dans les écoles, souligne l'INSPQ.

Si on met beaucoup de gens ensemble, collés des longues périodes de temps, même avec des bons systèmes de ventilation, le virus va finir par se transmettre, parce que le gros de la transmission se fait vraiment par proximité, indique Stéphane Perron, médecin-conseil au sein de l'INSPQ.

Donc, si on met des gens collés, ils vont se transmettre le virus.

Stéphane Perron, médecin-conseil au sein de l'INSPQ

L'INSPQ suggère au gouvernement du Québec de suivre les pas de l’Ontario et du Nouveau-Brunswick, et de réduire de moitié la taille des classes, particulièrement au secondaire.

Le ministre de la Santé du Québec, Christian Dubé, a mis sur pied un comité d’experts pour étudier le dossier de la ventilation dans les lieux fermés, un comité qui, de son propre aveu, aurait dû être formé beaucoup plus tôt cet été.

Avec les informations de Nafi Alibert et Jérémie Bergeron

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !