•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Atlantique fait toujours figure d’exception dans la lutte contre la COVID-19

Au Nouveau-Brunswick, on compte 46 cas par 100 000 habitants depuis le début de la pandémie contre 1397 par 100 000 habitants au Québec.

Deux personnes aînés portant un masque marchent sur le trottoir de le rue St-George, à Moncton au Nouveau-Brunswick.

Deux personnes âgées marchent sur le trottoir de le rue St-George, à Moncton au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada / Guy Leblanc

Radio-Canada

La deuxième vague de la pandémie frappe fort un peu partout au pays, sauf en Atlantique. La région semble épargnée par cette recrudescence de la COVID-19. Qu'est-ce qui explique que les provinces de l'Est fassent figure d'exceptions?

Les quatre provinces de l'Est répertorient moins de cas par rapport à la population que le reste du pays.

Les causes sont multiples, notamment la faible densité de la population et la ruralité.

« Une épidémie se nourrit de contacts. C’est certain que les provinces de l’Atlantique n’ont pas la même densité que les grandes villes. C’est un peu plus facile de contrôler une épidémie lorsqu’il y a moins de densité », croit le professeur en santé publique à l’Université de Montréal, Benoit Massé.

Benoît Masse, professeur de médecine sociale et préventive à l'École de Santé publique de l'Université de Montréal

Benoît Masse, professeur de médecine sociale et préventive à l'École de Santé publique de l'Université de Montréal

Photo : Capture d'écran/Skype

Mais, selon lui, c’est surtout la fermeture des frontières et l'étanchéité de la bulle atlantique qui explique le succès de la région. 

« On peut faire un parallèle avec la Nouvelle-Zélande qui est une île, qui est en mesure de bien contrôler les entrées et les accès et de bien contrôler l'épidémie dans son pays », affirme Benoit Massé.

Restez prudent coûte que coûte

Le coronavirus semble parfois être une menace extérieure, mais attention : baisser la garde peut réserver de mauvaises surprises.

« Baisser la garde, c’est ça qui est arrivé dans les régions du Québec, qui avaient été à peine touchées et là elles sont durement touchées », explique Benoit Massé.

8f58789a4b604b38a3fce7f8c90291dd

Plusieurs régions du Québec sont en zone rouge après avoir connu une recrudescence des cas de COVID-19 cet automne.

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

« Souvent dans les régions qui n’ont pas été touchées, on se demande pourquoi on ferait attention. Mais ce n’est pas si le virus va venir, c’est plutôt se préparer à quand », prévient le professeur.

Mais même si la situation peut paraître enviable, plusieurs provinces de l'Atlantique durcissent déjà les règles à l'approche des Fêtes.

Avec les informations de Rose St-Pierre

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !