•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : la deuxième vague « inquiète » des communautés autochtones isolées

Une enseigne de la Première Nation de Kashechewan

La Première Nation de Kashechewan rétablit des restrictions de voyage à partir de vendredi en raison de la deuxième vague de COVID-19.

Photo : CBC/Erik White

Radio-Canada

La Première Nation de Kashechewan, sur la côte ouest de la baie James, rétablit les restrictions de voyage à ses membres. Le chef de la communauté dit vouloir limiter les risques de propagation de la COVID-19, surtout que les multiples cas recensés récemment dans certaines régions du Nord de l’Ontario comme Sudbury l’« inquiètent ».

Selon le chef Leo Friday, la mesure a été prise après qu’un membre de la communauté autochtone isolée a eu un résultat non concluant à un test de dépistage de la COVID-19, avant d’obtenir un résultat négatif peu après.

Nous mettons en place des restrictions de voyage pour quelques semaines, peut-être un mois, pour s’assurer que tout aille bien, explique Leo Friday.

Le chef de la Première Nation de Kashechewan, Leo Friday

Le chef de la Première Nation de Kashechewan, Leo Friday

Photo : Radio-Canada / Joël Ashak

Il dit aussi être inquiet des multiples cas de COVID-19 enregistrés au cours des quelques derniers jours sur le territoire de Santé publique Sudbury et districts.

« Nous sommes très inquiets de cela et nous prenons des précautions pour empêcher que quelque chose n’entre dans notre communauté et ne nuise à nos membres. »

— Une citation de  Leo Friday, chef de la Première Nation de Kashechewan

Les leaders de la communauté demandent donc à la cinquantaine de membres qui sont à l’extérieur de revenir chez eux d’ici vendredi. Au cours des deux derniers jours, les intempéries ont empêché les vols d’atterrir à Kashechewan, selon le chef Friday, qui reconnaît qu’une extension de quelques jours pourrait être nécessaire.

« Les gens sont inquiets et nous essayons de faire ce qu’ils veulent qu’on fasse pour les protéger. »

— Une citation de  Leo Friday, chef de la Première Nation de Kashechewan

Au début de la crise sanitaire, la communauté autochtone s’était confinée une première fois, mais depuis cet été, ses membres pouvaient sortir de leur territoire.

Les travailleurs essentiels pourront tout de même continuer à entrer dans la communauté. Les restrictions de voyage ne s’appliqueront pas non plus aux membres de Kashechewan qui doivent se déplacer pour recevoir des soins médicaux.

Un peu plus au sud, la Première Nation de Moose Cree prolonge quant à elle jusqu’au 25 novembre son règlement spécial qui impose un isolement de 14 jours à tous les visiteurs en provenance de l’extérieur.

L’administration de la communauté se base entre autres sur le nombre élevé de nouveaux cas [de COVID-19] et le taux d’infection plus élevé qu’au printemps.

Trois cas de COVID-19 ont été recensés en septembre dans la Première Nation de Moose Cree.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !