•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le télétravail augmente les risques d'exposition au radon, un gaz cancérigène

Le radon est la première cause de cancer du poumon chez les non-fumeurs.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Un arc-en-ciel fait par un enfant collé sur une porte.

Le reportage de Camille Simard

Photo : iStock

Le radon est un gaz cancérigène présent dans toutes les maisons du pays. Si sa concentration varie d'un endroit à l'autre, une exposition prolongée à un taux élevé peut provoquer un cancer des poumons. Le télétravail augmente les risques, prévient Santé Canada.

Personne n'est épargné : le radon se retrouve partout, mais en quantité différente. Le radon est un gaz qui provient des éléments radioactifs de la terre, comme l’uranium, explique le médecin pathologiste Christian Couture, de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec (IUCPQ).

Chaque jour, nous sommes exposés à ce gaz inodore et incolore. Il peut s'infiltrer dans les habitations par n'importe quelle ouverture en contact avec le sol, peu importe la date de construction de la propriété.

Des fissures dans une maison.

Le radon s’infiltre par toutes les ouvertures en contact avec le sol, notamment par les fissures dans la fondation, dans la dalle de plancher, ou par les espaces autour des tuyaux.

Photo : iStock

On le retrouve partout sur la surface du globe, soutient la directrice générale de l'Association pulmonaire du Québec, Dominique Massie.

Elle rappelle qu'il est la cause d'environ 10 % des cancers du poumon, en plus d'être la principale source chez les non-fumeurs. C'est pour ça que nous, on en parle depuis 14 ans, du radon, ajoute-t-elle, précisant collaborer avec Santé Canada et le ministère de la Santé pour sensibiliser le public.

Lorsqu’une tumeur survient chez quelqu’un qui est non-fumeur, c’est probablement la cause la plus fréquente de cancer du poumon.

Christian Couture, médecin pathologiste à l'IUCPQ

Le radon et la COVID

Santé Canada a d'ailleurs lancé une campagne de sensibilisation durant cette période de pandémie qui nous force à rester dans nos maisons. En raison de la COVID-19, les Canadiens passent plus de temps à la maison, ce qui augmente le risque d'exposition au radon pour vous et votre famille, peut-on lire sur les cartons envoyés à la population.

Si l'agence gouvernementale n'en est pas à ses premiers efforts pour informer sur les dangers de ce gaz méconnu, le message, lui, est nouveau. Novembre est aussi le mois de la sensibilisation au radon, explique-t-on.

Une carte postale envoyée par Santé Canada.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Certaines propriétaires ont pu recevoir cette mise en garde de Santé Canada.

Photo : Santé Canada

Au pays, 1,6 million de messages ont été distribués, dont plus de 600 000 au Québec. Les adresses ciblées sont situées dans les secteurs où environ 10 à 15 % des habitations ont une concentration de radon supérieure à la directive canadienne, précise Santé Canada.

L'agence propose donc à la population d'acheter en ligne un test de mesure à long terme du radon (Nouvelle fenêtre), le seul moyen d'analyser la quantité dans une maison. Il coûte entre 30 $ et 45 $. Il doit être installé au même endroit pendant trois mois avant d'être envoyé par la poste et analysé en laboratoire.

Je pense que c’est un plus de mesurer le radon, parce que c’est sur le long terme qu’on peut savoir, parce que c’est sur une période de 30 ans qu’on peut développer un cancer.

Dominique Massie, directrice générale de l'Association pulmonaire du Québec

Selon les recommandations de Santé Canada, la concentration ne devrait pas dépasser 200 becquerels par mètre cube (Bq/m3), sans quoi des mesures correctives sont nécessaires.

Le radon a tendance à s'acculer dans le sous-sol des maisons, raison de plus pour analyser le taux de radon en pleine pandémie. C'est rare que vous ayez un bureau au rez-de-chaussée ou à l'étage, c'est souvent au sous-sol, souligne la directrice générale de l'Association pulmonaire du Québec.

Effectuer des travaux après un test

Un dosimètre sur un fond blanc.

Le dosimètre permet de mesurer la quantité de radon dans une maison. Il doit être installé pendant trois mois au même endroit.

Photo : Association pulmonaire du Québec

Des entreprises sont certifiées pour effectuer des travaux après un test de mesure du radon au-delà du taux recommandé par Santé Canada. GNI Inspection Immobilière est l'une des deux entreprises listées dans la grande région de Québec, selon l'Association.

À Québec, il y a beaucoup de radon. Je dirais qu’il y a probablement entre 15 % et 20 % des maisons qui sont affligées par un taux de radon supérieur à la limite, estime Robert Lacombe, ingénieur et propriétaire.

Depuis 2003, il a effectué de nombreuses inspections sur le territoire de la Capitale-Nationale. De nombreuses habitations situées en bordure du fleuve semblent être problématiques. Toutefois, ce gaz radioactif reste peu connu et peu de données sont colligées, déplore M. Lacombe.

L'autre entreprise certifiée, Englobe, a effectué une trentaine d’interventions dans la région de Québec depuis 2018.

Depuis le lancement de la campagne de Santé Canada, le propriétaire de GNI Inspection Immobilière affirme que le téléphone sonne un peu plus souvent

On dirait qu’il y a motivation supplémentaire. On vit la COVID, ça nous amène à faire du télétravail, d’être à la maison, de moins sortir, et justement, c’est à la maison où on risque d’avoir du radon, on a rajouté une autre couche de motivation, souligne-t-il, espérant que la population comprenne le message.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !