•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec cherche des solutions à la détresse psychologique des étudiants

Une adolescente porte un masque de protection et suit sur son ordinateur un cours en ligne à la maison.

La solitude, l'isolement et le découragement minent la santé mentale des étudiants du cégep et de l'université.

Photo : damircudic

Radio-Canada

Se disant bien au fait des difficultés, notamment psychologiques, auxquelles font face les étudiants des cégeps et universités, la ministre de l’Enseignement supérieur, Danielle McCann, assure que son équipe travaille pour l'obtention de certains assouplissements.

Alors que les voix des fédérations étudiantes s’élèvent au Québec pour réclamer davantage de cours en présentiel pour les centaines de milliers d’étudiants forcés d’étudier de chez eux depuis des mois, plusieurs doutes s'expriment quant à la qualité de l’enseignement à distance.

Inquiète de la détérioration de la santé mentale des étudiants, la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) a même présenté mardi 18 recommandations à la ministre McCann pour améliorer les choses.

Questionnée mercredi au micro de l’émission Midi Info sur la situation dans les cégeps et universités de la province, Danielle McCann a reconnu d’emblée les problèmes de santé mentale qui se répandent chez les étudiants.

Forcés depuis des mois à suivre 100 % de leurs cours à distance, coupés de leur campus, des contacts humains avec leurs professeurs et amis et aussi de toutes les activités sociales et sportives liées à la vie étudiante, ils voient leur moral décliner à l'approche d'un hiver qui s'annonce long.

Gros plan de Danielle McCann, ministre de l’Enseignement supérieur.

Pour la ministre de l'Enseignement supérieur, Danielle McCann, toute solution touchant à la présence en classe doit avant tout être approuvée par la santé publique, ce qui n'est pas simple dans la situation actuelle.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

La santé mentale des étudiants en prend un coup. C’est de ça qu’on me parle beaucoup, a reconnu la ministre qui affirme étudier activement des solutions pour alléger ce fardeau.

Mais entre l’exaspération des étudiants et les restrictions de la santé publique qui doit composer avec une situation pandémique des plus fragiles au Québec, la marge de manœuvre est bien mince.

On est en discussion avec la santé publique actuellement. On veut voir s’il y a moyen d’avoir certains assouplissements très légers. Je ne veux pas donner de faux espoirs.

Une citation de :Danielle McCann, ministre de l'Enseignement supérieur du Québec

On veut savoir s’il y a moyen d’avoir des contacts un à un, d’avoir davantage de contacts avec les professeurs de façon individuelle, d’avoir de petits groupes très très encadrés avec le masque et la distanciation. Mais pour y parvenir, il faut l’approbation de la santé publique, rappelle Mme McCann.

La qualité de l'enseignement mise en cause

Une salle de classe vide.

Dans certaines régions, les étudiants n'ont pas remis les pieds sur un campus depuis 8 mois.

Photo : Radio-Canada

La qualité de l’enseignement dispensé en ligne est également très critiquée, notamment pour son inégalité.

Si certains professeurs maîtrisent bien la technopédagogie et offrent des cours structurés en téléconférence, d’autres, en revanche, ne font que donner des listes de lecture ou des notes à étudier, sans présenter de cours. Certains n’envoient qu’un fichier audio de deux heures en guise de cours, parfois sans même assurer de suivi auprès des étudiants.

La multitude d'outils et de plateformes informatiques utilisés par le corps professoral pour enseigner à distance ajoute aussi aux difficultés des étudiants qui doivent suivre jusqu'à sept cours à distance par semaine au cégep.

Pour Danielle McCann, la qualité de l’enseignement est au rendez-vous, c’est plutôt l’expérience étudiante qui est en cause. Cette crise sanitaire qui a bousculé toute la société bouscule aussi profondément la façon d’enseigner, souligne-t-elle.

Il faut comprendre que pour la majorité des professeurs, ça a été un changement majeur.

Une citation de :Danielle McCann, ministre de l’Enseignement supérieur

On a donné des formations et on va continuer de le faire. Il faut qu’on supporte nos professeurs le plus possible.

On se préoccupe aussi de la charge de travail des professeurs et on est en train de travailler là-dessus actuellement et ça va rejaillir sur les étudiants, promet la ministre.

Diplômes au rabais?

En ce qui a trait à la valeur des enseignements et des diplômes qui seront acquis à distance, Danielle McCann affirme encore comprendre l’anxiété des étudiants face à cette question.

Le diplôme au bout de la ligne va avoir toute la validité. Ça va être une expérience complètement différente de celle qu’on a connue dans le passé, mais le diplôme va avoir toute la validité reconnue, soutient Mme McCann.

Il faut rassurer les étudiants là-dessus. On a même une université, la TELUQ, où toutes les formations sont données à distance, a rappelé la ministre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !