•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les centres commerciaux ne devraient pas avoir de père Noël, selon des experts

Un père Noël qui porte un masque rouge.

Le père Noël portera un masque cette année et les enfants devront rester à 2 m de distance de lui, assure le gestionnaire de centres commerciaux Cadillac Fairview.

Photo : getty images/istockphoto / sdominick

Alors que nombre de centres commerciaux en Ontario et au Québec incitent déjà les parents à réserver une place pour voir le père Noël, plusieurs spécialistes affirment que c'est une « très mauvaise idée ».

Par exemple, le centre commercial Markville, en banlieue de Toronto, assure les parents dans un courriel que leur enfant pourra rencontrer le père Noël en toute sécurité, malgré la COVID-19.

Tout le monde portera un masque, les lieux seront nettoyés régulièrement, il faudra se désinfecter les mains avant et après sa rencontre avec le père Noël et ce dernier maintiendra une distance « d'au moins une longueur de renne » avec l'enfant, peut-on lire dans le message.

Les places limitées s'envolent rapidement, s'il l'on se fie au système de réservation en ligne du centre commercial.

Le gestionnaire Cadillac Fairview, qui est aussi propriétaire du Centre Eaton de Toronto et des Galeries d'Anjou, notamment, indique dans un communiqué que les rencontres avec le père Noël dans ses centres commerciaux seront sur réservation seulement cette année et que « l'achalandage sera limité à neuf personnes en tout temps et la durée maximale des rencontres sera de cinq minutes par famille ».

L'énorme fauteuil douillet du père Noël a été remplacé par un nouveau bureau assorti de sièges confortables pour accueillir les clients. L'expérience comprendra des postes de désinfection, des rennes portant le masque et un contrôle préalable quotidien de tout le personnel, y compris le père Noël lui-même.

Communiqué de Cadillac Fairview
Une affiche d'un père Noël portant un masque rouge.

Le centre commercial Markville, en banlieue de Toronto, invite les parents à réserver leur place pour voir le père Noël.

Photo : Cadillac Fairview

Pour sa part, la compagnie Ivanhoé Cambridge, qui est entre autres propriétaire du centre commercial Vaughan Mills au nord de Toronto et du Centre Eaton de Montréal, dit qu'elle va dévoiler ses plans plus tard cette semaine.

Certains centres commerciaux, tels que le New Sudbury, ont choisi de ne pas avoir de père Noël cette année, citant la COVID-19 et la nécessité de respecter l'écart sanitaire.

D'autres établissements comme les Galeries de la Capitale à Québec ont opté pour des rencontres virtuelles uniquement.

C'est une formule qui marche bien également, selon Kathie Tremblay de l'Agence des pères Noël professionnels du Québec, dont les membres offrent les modes présentiel et virtuel. Le père Noël est assis dans son salon, sur le bord de son foyer, son sapin est tout illuminé. L'enfant a l'impression que le père Noël est au pôle Nord, raconte-t-elle.

Les craintes des experts

Malgré toutes les précautions promises par Cadillac Fairview pour voir le père Noël en personne, la pédiatre et professeure à l'Université de Toronto Anna Banerji n'est pas rassurée.

[Les centres commerciaux] devraient se contenter de rencontres virtuelles [avec le père Noël]. Le nombre de cas de COVID ne cesse d'augmenter et on est en train de perdre la maîtrise de la situation.

Anna Banerji, professeure à l'École de santé publique Dalla Lana de l'Université de Toronto

Elle souligne que bien des enfants peuvent avoir contracté la COVID-19 sans afficher de symptômes et propager sans le savoir la maladie à l'école ou à des grands-parents plus vulnérables.

Colin Furness, professeur à l'Institut de politiques en santé de l'Université de Toronto, pense lui aussi qu'aller voir le père Noël au centre commercial est une « très mauvaise idée » cette année.

Un père Noël infecté pourrait propager le virus à beaucoup de personnes, mais surtout, aller au centre commercial en famille pour passer le temps est insensé et dangereux, selon lui, à cause du risque d'être en contact avec des personnes infectées.

Je ne veux pas faire mon grincheux, mais on ne devrait pas inciter les parents à amener leur enfant au centre commercial pour quelque chose qui n'est pas essentiel.

Colin Furness, professeur à l'Université de Toronto

Selon le Dr Hugues Loemba, virologue et clinicien à l'Hôpital Montfort d'Ottawa, il faudrait que le taux d'infection baisse au pays d'ici la mi-décembre pour permettre aux enfants de voir le père Noël.

Cette possibilité d'avoir le père Noël au centre commercial avec toutes les précautions (limitation du nombre de participants, des précautions de distanciation physique, des mesures d'hygiène et de désinfection des mains, des mesures barrières telles que le port de masques, présence d'un écran en verre ou en plastique entre le père Noël et les enfants, etc..) ne pourrait être envisageable que si la courbe de cette deuxième vague de l'épidémie est aplatie ou en voie de le devenir; mais ceci demeure très incertain.

Hugues Loemba, chercheur clinicien à l'Hôpital Montfort

En attente de consignes gouvernementales

Tant en Ontario qu'au Québec, les ministères de la Santé n'ont pas émis de directives pour l'instant quant à la période des Fêtes et le père Noël.

Des analyses sont en cours et les recommandations adéquates seront transmises prochainement par la santé publique, précise Marjorie Larouche, porte-parole du ministère de la Santé du Québec.

Même son de cloche de la part du bureau de santé publique de Toronto.

Le médecin hygiéniste en chef de la région de Peel, le Dr Lawrence Loh, demande, lui, aux familles d'éviter de prendre une photo en personne avec le père Noël cette année.

Nous savons que ce sera difficile, mais le père Noël sera plus à l'aise de vous parler en ligne du pôle Nord pendant qu'il se prépare pour Noël, lance-t-il.

Cadillac Fairview offre aussi des rencontres virtuelles avec le père Noël. Une porte-parole ajoute que le cadre des séances en personne est « bien entendu susceptible de changer ou d'être ajusté en fonction de l'évolution des directives de la santé publique ».

Avec la collaboration de Radio-Canada Ottawa

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !