•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : Doug Ford a-t-il perdu la maîtrise de la situation?

Doug Ford en train d'enlever son masque à un point de presse.

Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le gouvernement Ford est « déconnecté de la réalité », selon une experte, qui cite le fait que l'Ontario a battu un record de nouveaux cas et que deux régions ont décidé d'imposer leurs propres restrictions.

Après la région de Peel lundi, c'était au tour de Toronto mardi d'aller au-delà des directives provinciales en annonçant que les restaurants et les bars sur son territoire ne pourraient pas rouvrir samedi comme prévu.

L'Ontario a recensé un nombre record de 1388 cas mardi et 1426, mercredi. Environ 60 % de ces infections sont à Toronto et dans la région de Peel.

Ce n'est pas le temps de déconfiner, affirme la professeure Anna Banerji de l'École de santé publique Dalla Lana de l'Université de Toronto.

Le fait que Peel et Toronto fassent cavalier seul et imposent leurs propres directives signifie qu'ils ne croient pas que les directives provinciales sont appropriées pour eux, ajoute-t-elle.

Certains bureaux locaux de santé publique ont par ailleurs adopté leur propre code de couleurs. À Windsor, par exemple, la région est en zone verte, selon le système provincial, alors que la santé publique locale affiche un niveau d'alerte orange.

Selon la Dre Banerji, cette situation sème la « confusion ».

« Les gens perçoivent ces incohérences et sont peut-être moins enclins à suivre les règles si ces consignes n'ont pas de sens, sans parler de la lassitude du public face à la COVID. »

— Une citation de  Anna Banerji, pédiatre et professeure à l'Université de Toronto

La politologue Geneviève Tellier de l'Université d'Ottawa pense que le gouvernement provincial devrait « prendre le leadership ».

Si les gens commencent à dire : ''C'est trop difficile pour que je m'y retrouve, alors je ne regarderai plus [les consignes]'', le gouvernement a carrément manqué son coup, dit-elle.

De son côté, le premier ministre Doug Ford a défendu sa gestion de la pandémie, mardi, alors que le ministère de la Santé affirme que le gouvernement a toujours dit que les médecins hygiénistes locaux avaient « le pouvoir d'adapter les restrictions sur leur territoire selon leur situation régionale ».

Mercredi, M. Ford a soutenu que le gouvernement avait adopté une stratégie « ciblée ». Ce qui est bon pour Toronto n'est pas toujours bon pour Peel ou York, mais notre plan fixe un seuil. J'ai toujours dit que personne ne connaît mieux une région que le médecin hygiéniste local, le maire ainsi que les députés locaux et les conseillers municipaux, a-t-il expliqué.

Lors de la première vague, nombre de chefs locaux de la santé publique avaient par exemple rendu le port du masque obligatoire dans les commerces de leur région, parce que M. Ford refusait d'en faire une directive provinciale.

Divergences entre Ottawa et l'Ontario?

Mardi, le premier ministre canadien Justin Trudeau a exhorté des provinces à en faire plus pour endiguer la pandémie, sans les nommer explicitement.

La politologue Geneviève Tellier raconte que les premiers ministres Trudeau et Ford étaient sur la même longueur d'onde auparavant, mais qu'il semble maintenant y avoir certaines divergences entre eux quant à l'importance relative de l'économie par rapport à la santé publique.

« Dans certaines provinces, dont l'Ontario, on veut quand même mettre l'emphase sur l'économie, on ne veut pas tout fermer. Au fédéral, on met la priorité sur la santé publique, quitte à ce que les entreprises ferment. »

— Une citation de  Geneviève Tellier, politologue à l'Université d'Ottawa
Geneviève Tellier en entrevue.

La politologue Geneviève Tellier

Photo : Radio-Canada

L'opposition néo-démocrate en Ontario affirme que la stratégie du gouvernement Ford est risquée, parce que la province pourrait se retrouver, plus tard, avec un confinement plus long et plus strict, si on n'agit pas dès maintenant.

Le premier ministre [Ford] minimise la gravité de la deuxième vague et tarde à faire les investissements nécessaires pour aider la population et les entreprises à passer à travers de la crise, selon le NPD.

De son côté, M. Ford a affirmé mardi que toutes les options étaient envisagées et qu'il pourrait y avoir un resserrement des directives provinciales, si besoin est.

Le nombre de cas actifs en Ontario a franchi mardi la barre des 10 000 pour la première fois depuis le début de la pandémie. Le nombre d'hospitalisations a aussi bondi à 422. En revanche, le nombre de patients aux soins intensifs était en baisse pour la troisième journée de suite.

Mercredi, le nombre d'hospitalisations (424) et de patients aux soins intensifs (88) était en hausse. Le nombre de cas actifs se chiffrait à 10 631.

Le premier ministre Ford ne tiendra pas de point de presse mercredi, indique son bureau.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !