•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les libraires gaspésiens font de bonnes affaires en temps de pandémie

On voit une femme qui se trouve dans une bibliothèque. Elle manipule quelques livres dans une étagère.

Mélanie Langlois de la librairie Liber à New Richmond (archives)

Photo : Lumiphoto | Emmanuelle B.

Les occasions de parler des effets positifs de la pandémie sont plutôt rares. Or, il se trouve que les libraires gaspésiens font de bonnes affaires depuis le déconfinement amorcé en mai, après avoir subi une baisse des ventes au printemps.

La Gaspésie s’inscrit dans une tendance qui s’observe partout au Québec. Récemment, l’Association des libraires du Québec rapportait une hausse de 8,2 % des ventes par rapport à la même période l’an dernier. La directrice générale de l’organisme parlait d’un petit miracle à travers cette pandémie.

Les ventes ont connu une augmentation notable, confirme Mélanie Langlois de la librairie Liber de New Richmond. On parle de près de 15 %. C'est énorme!

Pendant le confinement, les gens avaient besoin de s’occuper, ajoute-t-elle. On arrivait quand même à se maintenir avec la livraison. Mais c’est certain que les écoles fermées, ça a créé un trou dans les coffres.

L'afflux de touristes cet été a aussi fait une différence en Gaspésie, constate le propriétaire de la librairie L’Encre noire de Sainte-Anne-des-Monts, Marc-Antoine Deroy. Ça a eu un impact énorme, dit-il.

Actuellement, l’approche des Fêtes se fait sentir. Les ventes sont si importantes que certaines librairies manquent de personnel.

C’est le cas de la propriétaire de la librairie Tchèque ça! d’Amqui, Virginie Beaudin Houle.

C’est un mois d’octobre historique qu’on a eu.

Virginie Beaudoin Houle, propriétaire de la librairie Tchèque ça! d'Amqui

Cette demande, elle est enthousiasmante, mais je crains la suite. On a besoin d’aide, dit-elle.

Une jeune femme et un jeune homme dans les rayons de la Chouette librairie.

La pandémie a eu pour effet d'augmenter les ventes à la Chouette librairie de Matane (archives).

Photo : Radio-Canada

La pandémie a également eu pour effet d’augmenter considérablement la demande en ligne. Un phénomène qui s'accompagne son lot de défis, constate Sonia Pelletier de la librairie Alpha de Gaspé.

Il y a beaucoup de manipulations associées à ce type de vente, dit-elle. On passe du temps à emballer, peser, poster. Les coûts de transport sont aussi considérables.

Sonia Pelletier tient toutefois à maintenir ce service, ne serait-ce que pour accommoder les clients qui craignent de s'exposer au virus en se présentant sur place.

Virginie Beaudin Houle, cependant, ne voit pas les choses du même angle.

Je tiens à ce que ma librairie demeure un commerce de proximité, soutient-elle. Je veux qu’on continue à être un lieu de rassemblement.

Toutefois, l’ensemble des libraires gaspésiens privilégient l’échange avec le client. Ils s’entendent aussi pour dire que les lecteurs manifestent un net engouement pour le livre québécois et l’achat local.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !