•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une diminution de l'efficacité de la calcitonine en cause dans la fibrillation atriale

Un homme touche sa poitrine à l'endroit du coeur.

Restaurer le fonctionnement normal d'une hormone produite par le cœur pourrait mener à un traitement plus efficace d'une forme courante d'arythmie cardiaque.

Photo : Getty Images / PeopleImages

La Presse canadienne

Une découverte à laquelle ont contribué des chercheurs de l'Institut de cardiologie de Montréal pourrait mener à un traitement plus efficace de la fibrillation atriale (ou fibrillation auriculaire), une forme très courante d'arythmie cardiaque.

En collaboration avec leurs collègues américains, australiens et britanniques, le Dr Stanley Nattel et son équipe ont découvert que la calcitonine, une hormone thyroïdienne bien connue, est également produite par les cellules du coeur.

Chez les patients qui souffrent d'arythmie atriale [...], l'hormone ne fonctionne pas normalement pour plusieurs raisons, explique le Dr Nattel. Nous croyons que cette diminution de l'efficacité de la calcitonine [...] peut être impliquée dans le développement de la fibrillation atriale.

Le Dr Nattel et ses collègues ont découvert que la partie supérieure du cœur, appelée atrium ou oreillette, sécrète des quantités importantes de calcitonine. L'hormone est notamment sécrétée par les cellules contractiles, celles qui font battre le cœur.

La fibrillation atriale est un problème répandu. On calcule qu'environ une personne sur quatre en souffrira pendant sa vie.

Ce qui est le plus problématique, c'est le fait que la fibrillation atriale augmente le risque d'accident vasculaire cérébral, dit le Dr Nattel. La fibrillation atriale est notamment impliquée dans un grand nombre d'AVC chez les personnes âgées. Donc une prévention efficace de la fibrillation atriale aurait un effet très bénéfique sur la santé de la population.

La calcitonine n'est certainement pas le seul facteur en cause dans la fibrillation atriale, ajoute-t-il, mais elle semble y contribuer.

En théorie, trouver une façon de restaurer un fonctionnement normal de la calcitonine dans l'atrium pourrait prévenir la fibrillation atriale ou empêcher une rechute chez un patient ayant déjà été victime d'un épisode, précise le Dr Nattel.

Jusqu'à présent, le traitement s'est concentré sur le rétablissement d'un rythme cardiaque normal, le contrôle de la fréquence des battements du cœur et la prescription d'anticoagulants pour réduire le risque d'accident vasculaire cérébral, sans qu'il existe de traitement pour traiter la cicatrisation des oreillettes observée chez les personnes atteintes.

Les conclusions de cette étude ont été publiées par la prestigieuse revue scientifique Nature.

Environ 200 000 Canadiens sont touchés par la fibrillation atriale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !