•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Paul Merriman au ministère de la Santé : « Ma tâche, c’est d’écouter. »

Paul Merriman répond aux questions des journalistes lors d'une conférence de presse.

Paul Merriman a été nommé ministre de la Santé par Scott Moe lors de l'annonce de son nouveau Cabinet.

Photo : La Presse canadienne / Michael Bell

Radio-Canada

Le premier ministre Scott Moe a choisi un nouveau ministre de la Santé pour prendre la relève et gérer la crise de la COVID-19 en Saskatchewan. La nomination de Paul Merriman, auparavant à la tête des Services sociaux, a été annoncée lors de la présentation du nouveau Cabinet.

Paul Merriman a indiqué qu'il allait avant tout prendre le temps de s'entretenir avec le médecin hygiéniste en chef de la province, Saqib Shahab, ainsi qu'avec l'Autorité de la santé de la Saskatchewan.

L’idée, explique-t-il, est de bien comprendre les dossiers en cours, notamment en ce qui a trait à la pandémie, qui frappe durement la province depuis quelques semaines.

Ma tâche, c’est d’écouter et de comprendre. Je dois me préparer à travailler rapidement avec ceux qui étaient déjà en place afin de garantir la sécurité, explique le nouveau ministre de la Santé.

Une nomination « étonnante »

Une nouvelle nomination au ministère de la Santé dans le contexte actuel a surpris certains observateurs, puisque la province vit une seconde vague d’infections de la COVID-19 plus forte qu’au printemps.

Stephen Kenny, observateur politique et professeur de sciences politiques à l'Université de Regina, s'interroge sur la pertinence de procéder à un tel changement en plein cœur de la crise alors que le gouvernement a fait de la gestion de la COVID-19 une de ses priorités.

Gros plan sur le visage d'un homme, qui accorde une entrevue à la journaliste.

Stephen Kenny s'étonne de voir Paul Merriman prendre la relève à l'ancien ministre de la Santé Jim Reiter en pleine pandémie (archives).

Photo : Radio-Canada / Marie-Christine Bouillon

Je trouve ça quand même incroyable qu'on change le ministre de la Santé de Jim Reiter à Paul Merriman en pleine pandémie. Le gouvernement prétend qu’une de ses tâches les plus importantes est la lutte contre la COVID-19, explique-t-il.

Le professeur de sciences politiques à l'Université de l'Alberta, Frédéric Boily croit que ce changement signifie plutôt le début d'une nouvelle étape dans la lutte contre cette pandémie.

Le gouvernement désire renouveler son approche face à la crise, une stratégie observée ailleurs au pays, selon lui.

Ça pourrait être tout simplement parce qu'on veut avoir une nouvelle approche [face] à la deuxième vague, explique-t-il, en ajoutant qu’il ne s’agit pas forcément d’une démotion.

On l'a fait du côté du Québec. On a changé de ministre de la Santé, ce n'est pas nécessairement un message de désaveu.

Frédéric Boily, professeur de sciences politiques

De son côté, Dennis Kendel, consultant en politiques de santé, se dit optimiste quant à cette nomination, puisque les services sociaux et la santé sont des mandats qui se chevauchent.

Selon lui, la gestion de la propagation de la COVID-19 ne sera pas un défi complètement nouveau pour Paul Merriman.

Il croit plutôt que l’un des défis sera de réfléchir à une intervention plus ciblée contre la pandémie.

Carte montrant les cas de coronavirus par pays

Avec les informations de Grégory Wilson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !