•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De la glace sèche de Drummondville pour transporter le vaccin contre la COVID-19?

Des morceaux de glace sèche.

La glace sèche à -78,5 degrés Celsius de l’entreprise drummondvilloise Biogivre pourrait servir à conserver un futur vaccin pour la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Dumas

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Après l'annonce de la découverte d'un vaccin efficace à 90 % contre la COVID-19, plusieurs experts précisent que sa distribution pourrait être un défi, car le nouveau vaccin de Pfizer et BioNTech devra être transporté à une température de -75 degrés Celsius. Une entreprise de Drummondville qui produit de la glace sèche pourrait tirer son épingle du jeu.

La glace sèche à -78,5 degrés Celsius de l’entreprise drummondvilloise Biogivre pourrait servir à conserver un futur vaccin pour la COVID-19. Sa présidente et fondatrice, Mélanie Beaudoin, affirme avoir été sollicitée par des acteurs du secteur pharmaceutique.

Il y a environ trois semaines, un mois, on m’a appelée pour me demander si je pouvais fournir de la glace sèche à grande envergure pour faire de la distribution de vaccins. C’est là que j’ai appris que le vaccin devait être gardé à -75 degrés, explique-t-elle.

Le vaccin mis au point par Pfizer et BioNTech doit être conservé à -75 degrés Celsius. Mélanie Beaudoin assure pouvoir relever ce défi si jamais il s’avère que son entreprise participe à la distribution de ce vaccin. Elle affirme même être en mesure de produire de la glace pour transporter des millions de doses.

Le mois passé, on a investi dans une nouvelle machine qui nous a permis de doubler notre capacité de production de glace sèche. On est prêts, lance-t-elle.

D’ailleurs, la Drummondvilloise se dit enthousiaste à l’idée de pouvoir participer à sa façon à cette lutte à la pandémie.

Le vaccin développé par Pfizer et BioNTech serait efficace à plus de 90 % pour prévenir les infections à la COVID-19, selon l'essai à grande échelle de phase 3 en cours, dernière étape avant une demande d'homologation, ont conjointement annoncé lundi ces sociétés.

La protection des patients a été obtenue sept jours après la deuxième des deux doses et 28 jours après la première, selon les résultats préliminaires.

D'ailleurs, le gouvernement fédéral a conclu une entente pour une option d'achat de 56 millions de doses supplémentaires du vaccin candidat de la compagnie Pfizer.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !