•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alliance forêt boréale demande une réelle réforme du régime forestier

Un grumier transportant du bois.

Le domaine de la forêt représente environ 60 000 emplois au Québec.

Photo : Radio-Canada / Yvon Theriault

Malgré une rencontre mardi avec le ministre de la Forêt, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour, Alliance forêt boréale demande une réelle réforme du régime forestier.

Vendredi dernier, le ministre Dufour avait présenté des changements au système de gestion de la forêt, dans ce qu'il avait appelé une révision ciblée.

Par voie de communiqué mardi, les membres du conseil d’administration d’Alliance forêt boréale ont annoncé avoir participé, mardi matin, à une rencontre avec Pierre Dufour. Il aurait alors répondu aux questionnements et préoccupations des administrateurs. Il leur aurait mentionné qu'il y avait encore une séquence d’annonces à venir, entre autres pour les demandes en lien avec la sylviculture. Il serait aussi question de mettre en place dans les régions de nouveaux processus de planification forestière sous forme de projets pilotes.

L’heure n’est plus à la mise en place de projets pilotes et de comités.

Une citation de :Pascal Cloutier, président d’Alliance forêt boréale

Malgré ces promesses d'annonces, l'organisme est demeuré sur sa faim. En juillet dernier, le premier ministre Legault a créé de grandes attentes lorsqu’il a réitéré sa promesse de modifier le régime, et force est de constaté aujourd’hui que ces attentes ne sont pas comblées et qu’un mécanisme de consultation afin de modifier la Loi ne sera visiblement pas mis en place, a affirmé dans le communiqué Pascal Cloutier, président d’Alliance forêt boréale. Rappelons qu'il est également maire de Dolbeau-Mistassini.

Alliance forêt boréale regroupe des communautés et des travailleurs de l'industrie forestière.

Le PQ aussi déçu

Par communiqué également, le Parti québécois s'est dit également déçu, par la voix du député de Bonaventure, Sylvain Roy. Le premier ministre doit demander à son ministre de refaire ses devoirs. Il a lui-même placé la barre très haut ; à lui, donc, de s’assurer de livrer la marchandise. Le monde forestier requiert bien davantage que des ajustements superficiels ; on a besoin d’une réforme en profondeur, qui tient compte de la réalité et de l’expertise des travailleurs et des entrepreneurs du secteur, a-t-il lancé.

Selon le député, les problèmes de l'industrie concernent surtout la prévisibilité des approvisionnements et la planification des travaux sylvicoles.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !