•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des cégépiens veulent retourner en classe

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Maude Rivest, de dos, marche vers l'entrée de son cégep.

Certains étudiants peuvent revenir à quelques reprises sur le campus, pour des cours en laboratoire notamment. Pour Maude Rivest, ce cours en présentiel survient un lundi sur deux.

Photo : Radio-Canada

Alexane Drolet

La Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) souhaite voir davantage de cours en présentiel sur les horaires des étudiants à la session d'hiver. Elle a fait parvenir 18 recommandations au ministère de l'Enseignement supérieur dans le but d'améliorer la santé psychologique des étudiants.

Étudier à la maison, sans amis ni professeurs, commence à peser lourd sur bon nombre d’étudiants qui ne voient pas le bout du tunnel. La majorité d'entre eux n'ont pas mis les pieds au campus depuis des mois. Entre isolement et cours en ligne, leur vie sociale est mise à rude épreuve.

Zone rouge oblige, Maude Rivest suit tous ses cours en ligne. Elle qui n'a pas pu terminer son secondaire en compagnie de ses amies a dû également jongler avec une rentrée collégiale en ligne. Toute ma vie est sur mon ordinateur, je communique avec mes amis sur mon ordinateur, je fais mes cours et je parle avec mes professeurs sur mon ordinateur, se désole-t-elle.

Maude Rivest assise à son bureau personnel, avec des livres, et devant un ordinateur

Presque tous les cours de Maude Rivest sont donnés à distance en raison de la pandémie.

Photo : Radio-Canada

Elle a l'autorisation de se rendre au campus du Cégep de Sainte-Foy seulement un lundi sur deux pour ses cours de chimie en laboratoire. Le reste de sa vie étudiante se passe dans un petit bureau aménagé par ses parents… qui sont eux aussi en télétravail.

Ça a l'air un peu déprimant comme vie, mais c'est ma réalité en ce moment, soupire-t-elle. Maude aimerait pouvoir aller au campus plus souvent, comme ses amis du secondaire qui vont à l'école une journée sur deux.

18 recommandations pour le bien-être

C’est aussi ce que souhaite la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ), qui représente plus de 78 000 étudiants. Elle vient de faire parvenir 18 recommandations à la ministre de l’Enseignement supérieur afin de minimiser les impacts psychologiques et pédagogiques de la crise sanitaire sur ses membres.

En fait, c'est d'établir un standard minimal et les établissements qui peuvent faire plus doivent faire plus. L'idée c'est de permettre aux étudiants d'aller le plus souvent possible en classe, en présentiel, propose la présidente de la FECQ Noémie Veilleux.

Il faut garder espoir

La ministre de l'Enseignement supérieur, Danielle McCann, dit comprendre les étudiants. Elle a d'ailleurs répondu aux recommandations de la FECQ. Mme McCann affirme mettre sur pied des stratégies pour briser l'isolement des étudiants. Nous regardons différentes mesures, comme par exemple les rencontres un à un, précise-t-elle.

Gros plan de Danielle McCann, ministre de l’Enseignement supérieur.

Danielle McCann, ministre de l’Enseignement supérieur

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

La ministre souhaite demeurer réaliste quant aux décisions qui pourraient être prises pour la session d'hiver. Pour ceux qui sont en zone rouge, le retour en classe est peu probable même si c'est juste une journée sur deux , admet-elle.

Le cabinet de la ministre dit attendre le feu vert de la santé publique pour mettre en place des mesures d'assouplissement pour les étudiants.

Nous serons prêts

Lorsque le feu vert arrivera, la direction du Cégep de Sainte-Foy sera prête. Comme on dit en bon québécois : "je me peux pu!" Je veux voir des étudiants dans nos corridors, lance la directrice des études, Sophie-Emmanuelle Genest.

Plan rapproché de Sophie-Emmanuelle Genest, à l'extérieur, en entrevue

Sophie-Emmanuelle Genest du Cégep de Sainte-Foy

Photo : Radio-Canada

À l'intérieur d'une semaine, on peut se virer complètement de côté, il y a beaucoup de flexibilité dans nos manières de faire les horaires, affirme Mme Genest. En attendant, le service des affaires étudiantes du Cégep de Sainte-Foy développe une panoplie d'activités sociales en ligne pour briser l'isolement des adolescents.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !