•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La reconnaissance faciale fonctionne désormais pour les grizzlys

Une famille de grizzlys.

L'apparence des grizzlys peut changer en raison de la période de l'année ou de leur âge. Il est donc difficile pour les chercheurs de bien les reconnaître.

Photo : iStock

La technologie de reconnaissance faciale, habituellement utilisée pour les humains et les primates, a été adaptée par des chercheurs de l’Université de Victoria afin de servir à repérer et à étudier les grizzlys.

Les grizzlys peuvent changer d’apparence selon la période de l’année où ils ont été observés, leur âge et leur santé, ce qui rend la reconnaissance d’autant plus difficile. L’équipe de la chercheuse en écologie comportementaliste Melanie Clapham a toutefois prouvé qu’un ours peut être reconnu uniquement à partir d’une photo en utilisant un système de reconnaissance faciale.

Les ours n’ont pas de marques distinctives sur le corps. Alors, cela peut être difficile de reconnaître certains individus et de les suivre avec le temps.

Melanie Clapham, Université de Victoria

L’équipe de chercheurs utilise dorénavant le logiciel BEAR ID, qui permet de reconnaître, avec un taux de réussite de 84 %, des grizzlys spécifiques à partir de milliers de photos recueillies dans deux emplacements surveillés, soit à Knight Inlet, en Colombie-Britannique, et au Parc national Katmai, en Alaska.

Outre un meilleur traçage des ours et des recherches plus faciles, cette technologie permet de repérer les grizzlys qui peuvent présenter des risques pour les humains.

Si l’on a des ours qui se nourrissent dans les poubelles des gens, on peut installer des caméras et utiliser la technologie pour savoir s’il s’agit d’un seul ours ou s’il s’agit de cinq ours différents, explique Melanie Clapham.

Cette avancée technologique est vue d’un bon œil par Dallas Smith, le président du conseil de bande Nanwakolas, qui représente cinq Premières Nations situées sur l’île de Vancouver et sur la côte. Selon lui, l’intelligence artificielle pourrait s’intégrer dans leur plan de protection de la nature.

Nous sommes vraiment fiers de voir que cette technologie nous permet de savoir où se trouvent les ours et à quel moment pour nous aider à planifier autant la protection de leur habitat que la limitation de notre impact sur la nature, explique-t-il.

Il se dit très heureux de pouvoir combiner cette technologie avec la méthode écologique plus traditionnelle.

Le grizzly est une icône de notre culture. Il a toujours été important pour nous de travailler en harmonie avec lui.

Dallas Smith, président du conseil de bande Nanwakolas

Pour le moment, le logiciel de reconnaissance faciale a été adapté uniquement pour les grizzlys, mais à l’avenir, permettre à l'avenir servir pour d’autres espèces.

Avec les informations d'Adam van der Zwan

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !